Infos

Un homme est jugé à Nantes pour avoir tué une adolescente pendant un run

Par Sarah Vildeuil, France Bleu Loire Océan et France Bleu lundi 5 septembre 2016 à 4:20

Beaucoup de courses automobiles interdites ont lieu dans la zone industrielle de Saint-Herblain.
Beaucoup de courses automobiles interdites ont lieu dans la zone industrielle de Saint-Herblain. © Radio France - Sarah Vildeuil

Un homme est jugé lundi 5 septembre pour avoir causé la mort de Mélissa André, 17 ans, lors d'un "run", une course sauvage et interdite, dans la zone industrielle de Saint-Herblain, en octobre 2015. Ce n'est pas le premier accident dans la zone. Pourtant, les "run" continuent dans la ville.

Un homme est jugé lundi 5 septembre  pour la mort d'une adolescente de 17 ans. Il avait percuté Mélissa André lors d'un run , une course automobile interdite, dans la zone industrielle de Saint-Herblain, derrière Atlantis, en octobre 2015. L'homme de 42 ans était ivre et sans permis. Il avait perdu le contrôle de son véhicule.  La mère de la jeune fille, Colette André, tient à être présente lors du procès.

Irresponsable

La mère de Mélissa aimerait comprendre l'attitude de celui qui a tué sa fille. "Si c'était un jeune, je pense que j'aurais pu lui pardonner, témoigne Colette. J'ai de jeunes enfants. Je me dis, un jeune ne sait pas ce que c'est que d'être parent. Il ne sait pas ce que sait que de donner la vie, de se lever la nuit quand les enfants sont malades. Je me serai dit, il ne sait pas, poursuit Colette. Lui avait 40 ans. Je sais qu'il a au moins une fille puisque c'était la voiture de sa fille qu'il conduisait ce soir là. Je ne comprends pas son geste. Je ne comprends pas qu'il n'ait pas réfléchi quand il est arrivé dans une manifestation où il n'y avait que des jeunes."

Colette regrette d'avoir laissé sa fille participé à ce run, sans vraiment savoir ce que c'était. Sa fille lui a expliqué que c'était des courses de voitures, qu'il n'y avait rien à craindre vu la fréquentation. "Mélissa m'a dit, si ce n'était pas toléré, il y aurait des gendarmes, ils interviendraient."

Un manque de contrôle

Pour Colette, il n'y a pas suffisamment de contrôles. Claude Chabot, porte parole de la ligue contre la violence routière en Loire-Atlantique est du même avis: "Les forces de l'ordre ne doivent pas seulement faire des contraventions pour excès de vitesse. Cela relève de la mise en danger de la vie d'autrui."

Des travaux ont commencé la semaine dernière rue du Coutelier, à Saint-Herblain, là où Mélissa a été tué, pour empêcher les "run" qui se poursuivent. Mais pour Claude Chabot, ce n'est pas suffisant. Cela déplace seulement le problème: "Ce genre de passion un peu morbide ne s'éteint pas parce qu'on construit des écluses pour ralentir la vitesse dans une rue.  Ils peuvent aller dans la rue voisine, qui est également toute droite."

Des travaux ont commencé rue du Coutelier, à Saint-Herblain, pour empêcher les rodéos. - Radio France
Des travaux ont commencé rue du Coutelier, à Saint-Herblain, pour empêcher les rodéos. © Radio France - Sarah Vildeuil

La semaine dernière, la police est encore intervenue dans plusieurs rues situées la zone industrielle de Saint-Herblain, à cause de "run".

Partager sur :