Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un salarié de l'usine Charbonneaux-Brabant meurt sur son lieu de travail à Reims

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Un salarié de l'entreprise de vinaigre et de moutarde Charbonneaux-Brabant à Reims a été retrouvé mort sur son lieu de travail ce vendredi matin. Une enquête a été ouverte pour "homicide involontaire" par le parquet de Reims.

L'homme a été retrouvé mort dans la cuve, à l'arrivée des secours peu après 9 h.
L'homme a été retrouvé mort dans la cuve, à l'arrivée des secours peu après 9 h. © Radio France - Victorien Willaume

Reims, France

Un salarié de l'entreprise Charbonneaux-Brabant, spécialisée dans le vinaigre et la moutarde, a été retrouvé mort ce matin sur son lieu de travail à Reims. Une enquête a été ouverte pour "homicide involontaire". Un magistrat du parquet de Reims s'est rendu sur place ce matin et l'inspection du travail a également été saisie. 

Le salarié nettoyait une cuve de fermentation vide

L'alerte a été donnée par l'entreprise aux pompiers et au SAMU aux alentours de 9 heures du matin, après la découverte d'un salarié inanimé dans une cuve de fermentation de l'usine. En arrivant, les secours ont constaté le décès de cet homme d'une quarantaine d'années, collaborateur de longue date puisqu'il est arrivé à Charbonneaux-Brabant en 1995. Selon le procureur de la République de Reims, il était en train de nettoyer une cuve vide, et aurait été asphyxié par les effluves qui se dégageaient. 

A-t-il manqué d'oxygène ? A-t-il inhalé des produits chimiques ? Cette opération de maintenance n'avait en tout cas rien d'exceptionnel selon le directeur de l'entreprise, puisque le salarié décédé l'avait déjà réalisée plus d'une centaine de fois. L'enquête a été confiée au commissariat de Reims, qui va tenter de répondre à ces questions. 

Une cellule psychologique a également été mise en place pour chacun des collaborateurs de cette entreprise qui compte près de 170 salariés.