Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

EXCLU - Un infirmier en grève de la faim à Cherbourg

mardi 11 septembre 2018 à 9:02 Par Jacqueline Fardel, France Bleu Cotentin et France Bleu

Florent Regal, infirmier libéral à Cherbourg, a commencé ce mardi 11 septembre 2018 une grève de la faim devant la CPAM de Cherbourg. Il y a deux mois, il s'était déjà enchaîné aux bureaux de la direction. Il dénonce un harcèlement de la Sécu.

L'infirmier se dit déterminé : "La profession est devenue invivable"
L'infirmier se dit déterminé : "La profession est devenue invivable" © Radio France - Jacqueline FARDEL

Cherbourg-Octeville, Cherbourg-en-Cotentin, France

Il compte bien rester là le temps qu'il faudra. Florent Regal, infirmier libéral à Cherbourg, s'est installé devant la CPAM de Cherbourg ce mardi 11 septembre 2018 et se met en grève de la faim illimitée pour protester contre un contrôle de l'organisme qui lui réclame encore 6.500 euros.

En mars dernier, il avait déjà mené une action coup de poing en s'enchaînant aux bureaux de la direction de la CPAM qui lui réclamait alors  15.000 euros de remboursement. Après examen du dossier, la caisse réclame encore 6.500 euros, pour des soins qu'elle n'avait pas à payer. Une somme que l'infirmier conteste, comme la première. Il assure que depuis ce lundi 10 septembre 2018 la CPAM lui a retenu de l'argent de soins effectués ce mois-ci pour payer cette somme. 

"Aujourd'hui on ne peut plus travailler dans la sérénité, c'est un harcèlement permanent de la profession. On est toujours en porte-à-faux entre ce que nous demandent les médecins, ce qui est dans notre nomenclature ou pas. On veut recommencer à soigner sans avoir cette pression permanente, sans avoir une épée de Damoclès au dessus de la tête. " 

"le dialogue est ouvert"

La CPAM de la Manche explique qu'il s'agit d'un contrôle normal,  et son directeur Philippe Decaen se dit prêt à continuer de dialoguer avec l'infirmier. Il s'est rendu à Cherbourg ce mardi pour discuter avec l'infirmier en grève.  Il a également rencontré des membres de l'association d'infirmiers -Unidel - dans la Manche qui dénonce ce mode de fonctionnement sur le remboursement des soins, Des discussions sont en cours pour simplifier le système.