Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un jeune gypaète barbu abattu dans le Parc national des Cévennes, la LPO porte plainte

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Un jeune gypaète barbu a été retrouvé mort, criblé de plombs de chasse dans le Parc national des Cévennes. La Ligue de protection des oiseaux a décidé de porter plainte. Le gypaète est une espèce de vautour protégée.

Dolomie, le jeune gypaète barbu abattu en octobre
Dolomie, le jeune gypaète barbu abattu en octobre - Ligue de protection des oiseaux (capture d'écran)

Le gypaète barbu retrouvé mort dans le Parc national des Cévennes, baptisé Dolomie, était né dans le zoo de Tierpark à Berlin en mars 2020. Il avait été relaché dans l'Aveyron en juin par la LPO (Ligue de protection des oiseaux) dans le cadre d'un programme de sauvegarde de l'espèce, avec un collier GPS. Le gypaète est en effet une espèce de vautour rare et menacée. Le corps du rapace a été retrouvé en Lozère, le 11 octobre, criblé d'une quinzaine de plombs de chasse.

Des plombs qui ont provoqué sa chute et sa mort, à la suite d' "hémorragies internes" indique la LPO dans un communiqué. Elle porte plainte pour destruction d'espèce protégée, un délit punissable d'une peine de 3 ans de prison et de 150.000 euros d'amende. Le Parc national des Cévennes a également décidé de porter plainte.  

33 gypaètes réintroduits depuis 2016

Depuis 2016, 33 de ces vautours ont été réintroduits dans le cadre du programme de sauvegarde. "Le retour des vautours participe au rétablissement d'un maillon essentiel des espèces naturels et pastoraux : la nécrophagie. En se nourrissant des cadavres d'animaux, ces charognards augmentent la capacité de résilience des écosystèmes", explique la LPO Europe. Un autre gypaète barbu, relâché dans les Grands Causses en mai 2019, avait été retrouvé mort en octobre de la même année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess