Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

PHOTOS. Un lanceur d'alerte lutte contre les travaux mal réalisés dans les rues de Marseille

dimanche 10 juin 2018 à 18:30 Par Nina Valette, France Bleu Provence

Via la page Facebook "Marseille à la loupe" Mathieu Grapeloup dénonce les dégradations et mauvaises finitions dans sa ville de cœur. Dans un montage photos vu plus de 200.000 fois sur internet, il répertorie les aberrations qu’il croise tous les jours pour alerter la métropole marseillaise.

Dans les rues de Marseille, Mathieu Grapeloup joue le rôle de lanceur d’alerte des travaux "ni fait ni a faire"
Dans les rues de Marseille, Mathieu Grapeloup joue le rôle de lanceur d’alerte des travaux "ni fait ni a faire" © Radio France - Nina Valette

Marseille, France

Après plusieurs villes en France et à l’étranger, Mathieu Grapeloup pose ses valises à Marseille il y a sept ans. Il a alors un coup de foudre pour cette ville, mais aussi le cœur brisé : "J’ai  découvert les défauts de Marseille qui a raté le coche de l’apaisement du centre-ville. Il y a clairement un potentiel loin d’être exploité. Du coup j’ai créé une page Facebook pour suivre les chantiers et parler aux Marseillais de leur ville.

C’est grâce au groupe "Marseille à la Loupe" que ce néo-Marseillais à fait le buzz il y a quelques jours. Écœuré de voir certains quartiers dans un mauvais état, il s’est armé d’un appareil photo et en quelques clics, il a fait un diaporama des situations qui le sidèrent :  

"Il y a beaucoup de travaux très mal encadrés dans cette ville, les pavés sautent, ils sont remplacés par du bitume alors qu’ils viennent tout juste d'être installés. C'est aberrant, ça coûte de l’argent aux contribuables et puis c’est aussi très moche." 

Des tranchées de bitume au milieu des pavés 

Quartier Belsunce, dans le 1er arrondissement de Marseille, le jeune homme de 31 ans ne fait que quelques pas avant de s’arrêter : "C’est typiquement ce que je reproche à cette ville. Ici nous sommes dans un quartier requalifié depuis plusieurs années, l’un des rares avec des pavés au sol et maintenant, après travaux, nous avons des tranchées de bitume noir en plein milieu. Forcément puisque, ça ne coûte pas très cher à ERDF. »

Pour Mathieu Grapeloup, les ruelles parallèles à la rue Paradis sont laissées à l'abandon  - Radio France
Pour Mathieu Grapeloup, les ruelles parallèles à la rue Paradis sont laissées à l'abandon © Radio France - Nina Valette

Mathieu enfile sa veste de lanceur d’alerte. Il reproche à la métropole de fermer les yeux sur ces travaux "ni faits, ni à faire".

Rue Paradis. Là aussi le trentenaire s’arrache les cheveux : "Cette rue est neuve. Elle a tout juste un an. A chaque phase de travaux de raccordements, les ouvriers rebouchent les trous avec du bitume noir alors que nous, contribuables, nous venons de payer des pavés très jolis. Pourquoi personne ne réagit ?", s’interroge Mathieu Grapeloup. 

"Est-ce que c’est de l’incompétence, un manque de moyen, du laxisme ?" 

Nos élus ne se baladent pas assez dans la ville 

Le créateur de la page Facebook "Marseille à la Loupe" reproche aussi le manque d’intérêt de certains élus pour leur ville : "Ils ne la pratiquent pas comme nous. Par exemple, le maire Jean-Claude Gaudin, je pense qu’il ne sort jamais de sa voiture, de la mairie ou bien de sa maison", râle le jeune homme. 

Mais Mathieu Grapeloup a toutefois un peu d’espoir : il reçoit de plus en plus de messages d’élus qui se veulent rassurants et investis pour mettre fin à ces mauvaises habitudes. 

"Les pavés sont remplacés par du bitume noir après travaux, ça coûte moins cher" - Mathieu Grapeloup - Radio France
"Les pavés sont remplacés par du bitume noir après travaux, ça coûte moins cher" - Mathieu Grapeloup © Radio France - Nina Valette