Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Un lieu figé dans le temps", de plus en plus de visiteurs pénètrent dans l'ancien hôpital de Rochefort

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

La mairie de Rochefort observe une recrudescence des cas d'intrusion dans l'ancien hôpital Saint-Charles de la ville. Cette pratique s'appelle l'urbex. Elle consiste à visiter des lieux abandonnés. Cette tendance reste illégale et punie jusqu'à 30 000 euros d'amende.

"un lieu figé dans le temps", de plus en plus de visiteurs pénètrent dans l'ancien hôpital de Rochefort
"un lieu figé dans le temps", de plus en plus de visiteurs pénètrent dans l'ancien hôpital de Rochefort © Radio France - Julien Morceli

De plus en plus de visiteurs s’introduisent illégalement dans l’ancien hôpital civil de Saint Charles à Rochefort. Le site est pourtant fermé depuis 2011. Il appartient désormais à la mairie de Rochefort. Mercredi 7 avril, trois jeunes majeurs ont été interpellés par la police pour s'être introduits à l'intérieur.  

Exploration Urbaine en vogue 

Ce phénomène s’appelle l'«urbex ». Il est en fait la contraction d'"exploration urbaine". Une pratique qui consiste à visiter des lieux abandonnés. Sur les réseaux sociaux, certains groupes d’amateurs d’urbex rassemblent des milliers d'abonnés, y compris dans nos deux Charentes.

"un lieu figé dans le temps", de plus en plus de visiteurs pénètrent dans l'ancien hôpital de Rochefort
"un lieu figé dans le temps", de plus en plus de visiteurs pénètrent dans l'ancien hôpital de Rochefort © Radio France - Julien Morceli

Des barbelés installés il y a un mois par la mairie 

L'adjoint à la sécurité de Rochefort Alain Giorgis comprend que certains curieux puissent céder à la tentation "on monte sur le toit et on a une vue panoramique de la ville, c'est une tentation, des sensations fortes" admet-il. La ville a mis en place des barbelés il y a un mois, pourtant, certaines personnes arrivent encore à accéder au site. "Nous, on sera présent, la police nationale et la police municipale aussi, parce qu'il y a une violation de domicile" prévient-il. Alain Giorgis rappelle aussi qu’en cas d’accident, la responsabilité revient à la mairie, propriétaire du site.

Des visiteurs équipés 

Pour accéder à l'hôpital, il faut franchir les barrières de chantier, mais également enjamber les fils barbelés. Pas de quoi décourager Freddy. Il est mécanicien en Charente et organise des sorties urbaines avec ses amis : “On se prépare avec des jumelles, Il y en a qui regardent, qui guettent. On ne veut pas se faire attraper, même si on est pas des voleurs", explique-t-il.

"un lieu figé dans le temps", de plus en plus de visiteurs pénètrent dans l'ancien hôpital de Rochefort
"un lieu figé dans le temps", de plus en plus de visiteurs pénètrent dans l'ancien hôpital de Rochefort © Radio France - Julien Morceli

L'urbex attire de multiples profils 

Selon lui, il n'y a pas de profil type pour ce genre de pratique, lycéens, jeunes travailleurs... tous sont à la recherche d'un lieu figé dans le temps. “On arrive, tout est  intact, rien n'a bougé !” S’émerveille Freddy. “On passe dans les chambres, il y a eu de la vie, mais c’est vide !” conclut-il.

L'urbex reste néanmoins illégal. Les personnes prises sur le fait encourent deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess