Société

Un lycée marseillais mobilisé contre l'expulsion d'Ibrahima, un jeune Guinéen

Par Tony Selliez et Laurent Grolée, France Bleu Provence mardi 14 mars 2017 à 17:09

Manifestation de soutien à Ibrahima, devant la Préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseille
Manifestation de soutien à Ibrahima, devant la Préfecture des Bouches-du-Rhône à Marseille © Radio France - Tony Selliez

Il a 19 ans, il est Guinéen mais la France vient de décider de l'expulser vers l'Italie. Son lycée, à Marseille, se mobilise.

C'est tout un lycée qui se mobilise derrière Ibrahima Kaba : le lycée Saint-Exupery dans le 15e arrondissement de Marseille, en grève ce mardi contre l'expulsion de ce jeune jeune Guinéen de 19 ans vers l'italie.

"Il n'est jamais allé à l'école en Guinée, mais a appris à lire et à écrire par sa seule volonté, explique Michèle Rouzier, coordinatrice de la mission "lutte contre le décrochage scolaire" sur les Bouches-du-Rhône. Il a un graphisme et une capacité à lire qui ont impressionné la formatrice qui voit des dizaines de jeunes gens dans ce cas (..) Il est seul au monde."

"Son seul destin, son salut sur Terre, c'est... par l'école"

Michèle Rouzier est coordinatrice de la mission "lutte contre le décrochage scolaire" sur les Bouches-du-Rhône

Une volonté farouche d'apprendre

Ibrahima Kaba a été arrêté il y a 15 jours et placé au centre de rétention du Canet. Depuis, le réseau Éducation sans frontières se mobilise.

La manifestation en soutien à Ibrahima devant la Préfecture des Bouches du Rhône à Marseille. FB Provence (Tony Selliez)

Le message de soutien à Ibrahima (Marseille) - Radio France
Le message de soutien à Ibrahima (Marseille) © Radio France - Tony Selliez

Le préfet a confirmé l'expulsion du jeune homme en vertu des accords de Dublin, imposant que la demande d’asile soit faite dans le pays d’arrivée (le premier pays de l'espace Schengen traversé par le migrant), en l''occurrence l'Italie pour Ibrahima.

Cette expulsion est jugée "injuste et sans fondement" par les soutiens du jeune homme, qui mettent en avant son parcours exceptionnel et sa volonté d'intégration.

Le portrait d'Ibrahima Kaba, signé Laurent Grolée pour FB Provence

Au lycée Saint-Exupéry, il avait intégré en fin d'année dernière une classe "MODAC", un module d'accueil et d'accompagnement pour les ENAF (enfants nouvellement arrivés en France). Ils sont une quinzaine dans une situation similaire dans cet établissement.

"La seule chose qu'il m'ait demandé c'est un cahier, des livres, des stylos, pour pouvoir réviser. Il a peur d'être en retard par rapport à sa classe." Anne Gautier, militante au réseau Éducation sans frontières

Anne Gautier, militante au réseau éducation sans frontière Elle lui a rendu visite au centre de rétention, quelques heures avant l'officialisation de sa procédure d'expulsion

Un périple de la Guinée à la France

Ibrahima est né en Guinée. Son père décède alors qu'il n'a que quatre ans, puis sa mère, victime du virus Ebola. Il est accueilli par un oncle, mais préfère s'enfuir. Il traverse alors le Burkina Faso, le Niger, la Libye et finit par embarquer à bord d'un bateau pour rejoindre l'Europe : l'Italie donc et enfin la France.

Pourquoi la France ? Tout simplement parce qu'il est francophone. Il n'est jamais allé à l'école, mais s'est débrouillé pour apprendre à lire, à écrire.

Aux dernières nouvelles, Ibrahima a refusé d'embarquer à bord de l'avion qui devait l'emmener finalement de Nice à l'Italie ce mardi.

Le soutien de RESF 13 (Réseau Education sans Frontières) mobilisé derrière la situation d'Ibrahima - Radio France
Le soutien de RESF 13 (Réseau Education sans Frontières) mobilisé derrière la situation d'Ibrahima © Radio France - Tony Selliez