Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un manifeste pour que le bien-être animal compte dans la campagne présidentielle

-
Par , France Bleu

Un nouveau collectif d'ONG a lancé ce mardi un manifeste, baptisé "AnimalPolitique", pour interpeller les candidats aux prochaines élections, présidentielle mais aussi législatives. Il demande à ce que la condition animale entre dans le débat politique.

Visite inopinée de la commission parlementaire aux abattoirs de Meaux de la société Amenicov
Visite inopinée de la commission parlementaire aux abattoirs de Meaux de la société Amenicov © Maxppp - Jean Nicholas Guillo

Ce sont 30 propositions que formule le nouveau collectif AnimalPolitique, dans le manifeste éponyme qu'il a lancé ce mardi. Ces 26 associations s'adressent ainsi aux candidats à la présidentielle, mais également à ceux qui se présenteront ensuite aux législatives, pour qu'ils s'engagent à améliorer les conditions de vie des animaux.

Pour "la fin des pratiques douloureuses"

Ce manifeste se divise en six catégories : animaux d'élevage, expérimentation animale, divertissements et spectacles, animaux de compagnie, faune sauvage, et enfin animal et société.

Parmi les propositions, "mettre fin aux pratiques d’élevage douloureuses (castration à vif, écornage, gavage…)", "renforcer la protection des animaux à l’abattoir et rendre systématique l’étourdissement avant toute mise à mort", ou encore "limiter la durée des transports d'animaux vivants et notamment arrêter de les exporter hors de l'Union européenne".

Un engagement des politiques "en décalage avec les attentes de la majorité des Français"

C'est ce que regrette ce collectif, dans lequel se trouvent des associations comme la Fondation 30 millions d'amis, la Fondation Brigitte Bardot ou la SPA. Ces derniers mois, la maltraitance animale dans les abattoirs a été dénoncée publiquement à plusieurs reprises, notamment via la diffusion de vidéos choquantes sur les conditions de vie des animaux. Le non-respect de normes dans certains abattoirs a par la suite été constaté par les services de l'État, mobilisés suite à la diffusion de ces images.