Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un médecin de l'hôpital de l'Aigle menacé d'expulsion

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Le docteur Patrick Kingolé est arrivé en France en 2018. Ce praticien congolais travaille à l'Aigle depuis août 2019 au sein du service de médecine interne polyvalente et souhaite rester dans l'Orne. Mais son titre de séjour expire le 5 octobre à minuit. Ses collègues se mobilisent pour qu'il reste.

Patrick Kingolé exerce depuis août 2019 au sein du service de médecine interne polyvalente à l'hôpital de l'Aigle et souhaite y rester pour se former en gastro-entérologie.
Patrick Kingolé exerce depuis août 2019 au sein du service de médecine interne polyvalente à l'hôpital de l'Aigle et souhaite y rester pour se former en gastro-entérologie. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

"On manque de médecins dans l'Orne, et particulièrement en période de Covid, ce qui se passe est incompréhensible !" s'emporte Marc Provost secrétaire CGT à l'hôpital de l'Aigle. Alerté sur la situation du docteur Patrick Kingolé, qui sera expulsable à partir de lundi matin, son syndicat est monté au créneau. Il a notamment rencontré un conseiller mardi dernier en marge d'une visite ministérielle. Il a également écrit à la préfecture de l'Orne et demandé une audience au nouveau directeur de l'Agence régionale de santé. Et n'a reçu pour l'heure aucune réponse. 

Son départ menacerait l'équilibre du service prévient le chef du pôle médico chirurgical

Patrick Kingolé, 30 ans, a obtenu son diplôme en République Démocratique du Congo en 2016. Il est arrivé en France en 2018 pour effectuer un stage à l'hôpital de Chartres. Et en 2019, il a répondu à l'appel du chef du pôle médico chirurgical de l'Aigle, le docteur Xavier Makwala. "Je devais former une équipe stable. J'ai recruté Patrick Kingolé et il donne depuis entière satisfaction, son départ déséquilibrerait le service". Il souligne également que le jeune praticien souhaite se former en gastro-entérologie. "Tous les départements souffrent de ce manque de spécialistes, nous avons un jeune collègue dynamique, nous souhaiterions l'accompagner".  

Le docteur Patrick Kingolé (à gauche) est soutenu par son chef de service Xavier Makwala (au centre) et les représentants de la CGT au sein de l'hôpital.
Le docteur Patrick Kingolé (à gauche) est soutenu par son chef de service Xavier Makwala (au centre) et les représentants de la CGT au sein de l'hôpital. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

"Mon temps, je devrais plus le passer auprès de mes patients qu'à la préfecture pour chercher un papier"

Le docteur Kingolé avoue de son côté qu'il vit très mal cette situation. "J'ai un diplôme, je suis médecin, j'ai fait mes preuves notamment pendant le confinement où nous n'étions que deux médecins dans l'unité Covid, j'ai un logement à l'Aigle, j'ai un employeur, je paie mes impôts, je n'ai pas de casier judiciaire" énumère-t-il. Il souhaite ardemment que sa situation soit régularisée et pérennisée. "Mon temps, je devrais plus le passer auprès de mes patients que dans les bureaux de la préfecture pour aller chercher un papier". 

Contactées, l'Agence Régionale de Santé et la préfecture de l'Orne n'ont pas donné suite à nos demandes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess