Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un médecin de la Maison départementale des personnes handicapées de Côte-d'Or alerte sur les entorses au secret médical

-
Par , France Bleu Bourgogne, France Bleu
Dijon, France

Brigitte Burdin, médecin à la MDPH 21 depuis 2012 s'est confiée au magazine d'enquête l'Accent Bourguignon, elle a décidé de porter plainte contre X. Elle estime que la structure qui dépend du Conseil Départemental de Côte-d'Or ne permet pas de travailler dans le respect du secret médical.

Le non respect du secret médical relève du droit pénal et peut être sanctionné par des peines d'emprisonnement.
Le non respect du secret médical relève du droit pénal et peut être sanctionné par des peines d'emprisonnement. © Maxppp - Vincent Isore

Il est parfois compliqué de raconter des détails intimes à son docteur, mais on peut se rassurer en se sachant protégé par le secret médical. Pourtant il n'est pas toujours assuré, notamment dans les structures collectives où les professionnels ont besoin d'échanger pour assurer le suivi des patients. Brigitte Burdin, médecin à la Maison départementale des seniors de côte d'Or a décidé de porter plainte contre X pour non respect du secret médical et même pour exercice illégal de la médecine. 

Moi en tant que médecin j'ai la responsabilité de protéger les dossiers médicaux que je dois traiter, c'est mon devoir, j'ai prêté serment pour ça aussi".

"Cela commence dès l’accueil de la Maison départementale des personnes handicapées, où les dossiers sont laissés grands ouverts, parfois même sous le nez des patients", raconte Brigitte Burdin. Du jamais vu pour cette praticienne proche de la retraite "j'ai travaillé dans d'autres structures collectives, mais je n'ai jamais vu une chose pareille."

Le témoignage de Brigitte Burdin, médecin à la MDPH 21

Tous le personnel, médecin ou non, soit une quarantaine de personnes a accès à l'ensemble des dossiers, explique le médecin qui se bat depuis plusieurs années auprès de sa direction pour faire respecter ce droit fondamental des patients,"les dossiers ne sont absolument pas protégés, tout le monde peut les ouvrir, les lire, avoir accès au diagnostic, ce n'est pas acceptable. Moi en tant que médecin j'ai la responsabilité de protéger les dossiers médicaux que je dois traiter, c'est mon devoir, j'ai prêté serment pour ça aussi". Plus grave, Brigitte Burdin porte même plainte pour exercice illégal de la médecine, car dans certains documents autorisant l'accès aux dossiers médicaux, une infirmière y est présentée comme médecin. 

Secret médical partagé

"Il est normal que l'on puisse échanger des informations entre collègues pour le bien du patient, lui oppose Jean-Pierre Moreaux président de l'Ordre des médecins de Côte-d'Or, éventuellement, même l'assistante sociale, si elle doit prendre des décisions liées à un état de santé, a le droit de se voir communiquer des éléments du dossier pour accomplir sa mission". C'est le principe du secret médical partagé, c'est au médecin de signer un lettre donnant accès à certains éléments du dossiers à des collaborateurs, qu'ils soient praticiens ou non. Jean-Pierre Moreaux  a envoyé un membre de l'Ordre vérifier la gestion des dossiers à la MDPH 21, qui n'a pas relevé de manquements grave au respect du secret médical. 

"Mais c'est au médecin de sélectionner les éléments pertinents au suivi des patients, poursuit Brigitte Burdin. L'assistante sociale n'a pas besoin d'avoir accès au diagnostic. Si une personne est séropositive, je n'ai pas à le dire, car ce n'est pas ce qui fait le handicap, ce qui fait le handicap ce sont les complications de santé qui sont liées à la prise du traitement et que ça la fatigue et la met dans une incapacité partielle ou total de travailler". Ce qu'elle dénonce principalement c'est que tous les membres du service ont accès au dossier dans leur intégralité. 

"La question qu'on peut se poser c'est si dans ce lieu là les personnes handicapées sont considérées comme ayant les même droits que tous les autres patients".

"Les collaborateurs du médecin à défaut d'être tenus pas le respect du secret médical le sont par le respect du secret professionnel", c'est  la garanti qu'oppose la direction de la MDPH 21 à Brigitte Burdin. Le Conseil Départemental de la Côte d'Or qui chapeaute la Maison des Personnes handicapées n'a pas souhaité répondre à notre micro, arguant qu'il laisse la justice faire son travail. Il affirme toutefois que "ces allégations (les propos du docteur Burdin) ne correspondent pas à la réalité du travail de la MDPH, lequel est organisé pour respecter les droits des patients et des personnes bénéficiant de ses services"

"La question qu'on peut se poser c'est si dans ce lieu là les personnes handicapées sont considérées comme ayant les même droits que tous les autres patients". Le respect du secret médical est une obligation légale pour le médecin, en cas de non respect il risque des sanctions pénales, pouvant aller jusqu'à de l'emprisonnement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess