Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un réfugié de la jungle de Calais devenu sportif de haut niveau à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu, France Bleu Nord

En 2016, il était encore dans son pays en Ethiopie, victime d'un conflit ethnique. Aujourd'hu,i Mudasir, 18 ans, travaille dans un magasin de sport prés de Perpignan et il a démarré une carrière d'athlète de haut niveau. Un parcours exemplaire pour ce réfugié arrivé en France sans papiers.

Mudasir, avec son entraîneur Jean-François Mouilleron de l'UPA 66, club d'athlétisme de Perpignan
Mudasir, avec son entraîneur Jean-François Mouilleron de l'UPA 66, club d'athlétisme de Perpignan - Corinne Grillet

Perpignan, France

Mudasir ne cache pas sa fierté. Depuis son arrivée en France, il y a plus de trois ans, il a parcouru beaucoup de chemin et a réussi à s'en sortir, notamment grâce au sport. Le jeune réfugié éthiopien, aujourd'hui âgé de 18 ans, se lance dans une carrière d'athlète de haut niveau. Il a aussi trouvé du travail prés de Perpignan dans un magasin spécialisé dans le sport.

Traversée de la Méditerranée

Le jeune homme a fui son pays avec des amis en  avril 2016 pour échapper à la répression contre l’ethnie Oromo dont il fait partie. Mudasir, alors mineur, a d'abord rejoint le Soudan, puis l'Egypte, avant de traverser la Méditerranée de manière clandestine. Il a ensuite rejoint l'Italie avant d'arriver en France, à Paris puis dans la jungle de Calais.

Arrivé en terre catalane par hasard

Et c'est dans les Pyrénées-Orientales que le jeune réfugié est envoyé. Lorsque les autorités françaises démantèlent la jungle de Calais, les migrants sont répartis dans plusieurs régions. Mudasir lui atterrit dans un centre d'accueil basé à Sainte-Marie sur le littoral catalan. A son arrivée, il ne parle pas un mot de Français. Il obtient le statut de réfugié en 2017.

Au début, c'était très difficile. Heureusement il y a beaucoup de gens qui m'ont aidé. Sinon je n'y serai jamais arrivé. Il a fallu tout réapprendre car je suis arrivé dans un pays totalement inconnu pour moi. (Mudasir)

Le jeune migrant dans les studios de France Bleu Roussillon - Aucun(e)
Le jeune migrant dans les studios de France Bleu Roussillon - Corinne Grillet

Un gros potentiel sportif 

Pour occuper ses journées, Mudasir commence à courir sur le littoral. Une sorte de déclic. Rapidement il se passionne pour la course. Les associations le mettent alors en contact avec l'UPA 66, l'un des clubs d'athlétisme de Perpignan où il prend une licence. "Très vite, il a fait des performances" explique Jean-François Mouilleron l’entraîneur du club qui l'a pris sous son aile. "On a réalisé qu'il avait un énorme potentiel."

Les victoires s'enchaînent

Au sein du groupe des cadets , le jeune Ethiopien a d'abord remporté plusieurs courses locales en 2019, le 10 km à Cabestany, le 5km au Barcarès, ou encore la corrida de noël à Perpignan. Au mois d'octobre, il a explosé le record d'Occitanie dans le 10 km, avant de finir deuxième de la discipline dans le championnat de France cadet, disputé à Canet-en-Roussillon. En juin Mudasir avait aussi terminé troisième dans les Alpes  au championnat de France de course de montagne.

Je n'ai jamais pensé qu'un jour, je ferai de l'athlétisme. Je n'ai jamais couru en Ethiopie. (Mudasir)

Parallèlement à ses performances sportives, Mudasir intègre également le système éducatif français. Il suit d'abord des cours au  collège Pagnol à Perpignan, avant de partir un an en Cerdagne, au lycée climatique de Font-Romeu, lui qui n'avait jamais connu jusqu'ici le froid de la montagne. Le jeune migrant travaille dur. Il apprend le français. "Il avait une volonté incroyable, un mental très fort. Une envie de s'en sortir. Il ne manquait jamais un cours de Français", témoigne  la "marraine" de Mudasir Corinne Grillet, présidente de l'association Welcome to migrants 66.

Je pense que c'est un exemple pour les migrants, mais aussi pour toute la jeunesse française (Corinne Grillet)

Mudasir et sa "marraine" Corinne Grillet - Radio France
Mudasir et sa "marraine" Corinne Grillet © Radio France - Sébastien Berriot

Il décroche un travail.... dans le domaine du sport

Au fil des mois, Mudasir est parvenu à s'intégrer dans la vie locale. Il a décroché un contrat de travail en alternance dans une enseigne commerciale spécialisée dans le sport dans l'agglomération de Perpignan. "L'histoire nous a touché. Tout ce qu'il a subi dans son  pays. On a voulu lui donner une chance", explique Pascal le responsable du magasin. "Pour nos collaborateurs aussi c'est bien, ça nous fait grandir humainement". 

Mudasir a trouvé un travail dans un magasin de sport - Radio France
Mudasir a trouvé un travail dans un magasin de sport © Radio France - Sébastien Berriot

Si on me le demande, je dirai à tous mes amis Ethiopiens de ne pas quitter leur pays. C'est sur moi j'ai réussi ici, mais le plus naturel, c'est de rester dans son pays avec sa famille. C'est ça la vraie vie (Mudasir)

Mudasir partage sa vie entre le magasin et les entraînements. Son objectif est désormais de décrocher la nationalité française, ce qui lui permettrait de représenter la France lors des championnats du monde et des Jeux olympiques. Son rêve : revenir un jour dans son pays pour montrer toutes ses médailles à sa famille.

Reportage de Sébastien Berriot

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu