Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un millier de personnes dans les rues de Bayonne pour le climat

-
Par , France Bleu Pays Basque

Comme dans de nombreuses villes de France, une manifestation de lutte contre le réchauffement climatique était organisée ce samedi à Bayonne. Un millier de personnes ont défilé dans le calme dans l'après-midi.

Un millier de personnes ont manifesté à Bayonne à l'occasion de la marche pour le climat ce samedi. Un décrocheur a sorti un portrait d'Emmanuel Macron, dérobé dans une mairie.
Un millier de personnes ont manifesté à Bayonne à l'occasion de la marche pour le climat ce samedi. Un décrocheur a sorti un portrait d'Emmanuel Macron, dérobé dans une mairie. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Bayonne, France

"On est plus chauds que le climat", "Urgence écologique, justice sociale", "Des voies pour le vélo". Sur le prospectus distribué au millier de marcheurs pour le climat, ce samedi après-midi, à Bayonne, des slogans qui sentent la convergence des luttes. A vélo, drapeaux de Bizi !, d'Attac, ou de la CGT à la main, environ 1000 personnes ont défilé dans le calme, dans le petit Bayonne jusqu'au pont Saint Esprit, pour alerter sur le changement climatique, alors qu'un sommet de l'ONU s'ouvre lundi. 

Un millier de personnes ont défilé dans le calme ce samedi à Bayonne.  - Radio France
Un millier de personnes ont défilé dans le calme ce samedi à Bayonne. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

"Nous vivons les dernières années où nous pouvons agir", estime Marie, pancarte à la main.  Quand on voit les glaciers, les forêts qui disparaissent, l'humain disparaîtra avec, il en a besoin." Comme cette manifestante, ils sont nombreux à appeler les politiques à prendre des mesures fortes. "Ce n'est plus une histoire de purs écolos", renchérit Xavier, juché sur son vélo. "Maintenant il faut faire quelque chose !"

Plus d'aménagements cyclistes

Après une déambulation dans le calme, les marcheurs ont rejoint le pont Saint-Esprit pour un sitting. Ils voulaient ainsi exprimer leurs souhaits d'aménagements pour les mobilités douces, comme le vélo, que ce soit sur ce pont, sur la route du B.A.B ou sur la D810. "Je comprends que certains aient peur de prendre le vélo ici", confie Laura, qui a accompagné une amie et ses enfants. "Les pistes cyclables sont souvent des voies cyclables, voir il n'y en a pas du tout. Elles ne sont pas forcement aménagées. C'est extrêmement dangereux car les automobilistes n'ont pas l'habitude. Si la circulation était plus sécurisée, ça inciterait plus de monde à prendre le vélo." 

Selon Bizi !, la moitié des trajets sur le B.A.B en voiture font moins de trois kilomètres. "Une partie importante de ces trajets pourrait être faite en vélo", assure Txetx Etcheverry de l'association altermondialiste. "Encore faut-il que nous n'ayons pas à risquer nos vies, ou celles de nos enfants. Il nous faut donc des voies sécurisées, et il nous les faut maintenant." Bizi ! estime aussi que les réductions de Vinci pour les abonnés de l'A63, d'Ondres à Biriatou, vont augmenter le trafic dans Bayonne. "Si l'on ne ferme pas des voies intra-muros, on va augmenter le nombre de voitures sur la rocade et dans le centre-ville. C'est un crime climatique !"

A la fin de la manifestation, un homme s'est levé, un portrait d'Emmanuel Macron, à l'envers au dessus de la tête. Il s'agit d'un décrocheur, un militant qui est allé le décrocher dans une mairie d'une commune voisine. Fin août, à l'occasion du G7, plus de 120 de ces portraits officiels, subtilisés partout en France, avaient été rassemblés par Bizi ! dans les rues de Bayonne. 

Choix de la station

France Bleu