Société

Un mois de septembre meurtrier sur les plages de Gironde

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde lundi 3 octobre 2016 à 4:00

Les courants de baïnes ont fait 4 morts en septembre en Gironde
Les courants de baïnes ont fait 4 morts en septembre en Gironde © Radio France - Pauline Pennanec'h

Après des mois de juillet et août plutôt calmes, les courants de baïnes ont fait 5 morts sur nos plages en septembre. Toutes les victimes se baignaient dans des zones non-surveillées.

Météo France prévoit encore du beau temps en ce début de semaine et il y a toujours du monde sur le littoral girondin. Attention tout de même si vous allez vous baigner, cette fois-ci il n'y a plus un seul maître-nageur-sauveteur pour vous surveiller.

Lacanau a fermée ce dimanche soir son dernier poste de secours. La station balnéaire du Médoc assurait une surveillance tous les weekends de septembre. Cette fois-ci c'est terminé. Baignade à vos risques et périls. Attention aux baïnes, ces courants forts qui vous emportent au large. Une touriste allemande s'est noyée ce dimanche au large de Lacanau. Elle a été prise en charge par un témoin. Les pompiers l'ont trouvé morte à leur arrivée sur la plage.

Les gens vont se baigner dans les baïnes car c'est l'endroit où il y a le moins de vague. Cela paraît calme. En fait c'est tout l'inverse

— Adrien Valéro, prof de surf à Lacanau (Magic Surf School)

Le 4 septembre au Porge un bordelais de 49 ans est décédé en voulant sauver sa fille. Deux jours plus tard c'est un quinquagénaire qui a disparu à la Pointe aux Chevaux au Cap Ferret. Le Cap Ferret, particulièrement endeuillé cette année avec trois noyés en un mois. Après la Pointe aux Chevaux on va déplorer deux autre décès sur la Presqu'île : un touriste toulousain au Grand Crohot puis mercredi dernier un allemand à la plage de la Pointe.

Au total : cinq noyés en septembre sur nos plages alors qu'on en déplore aucun en juillet - août, preuve sans doute de l'efficacité des maîtres-nageur-sauveteurs et de l'imprudence de vouloir se baigner hors des zones surveillées.