Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché après la disparition d'un enfant de 8 ans dans les Côtes-d'Armor

Un Montpelliérain interpellé pour avoir menacé de mort Emmanuel Macron

-
Par , France Bleu Hérault

Un jeune homme de 29 ans, domicilié à Montpellier (Hérault) a été interpellé et sera jugé en juin pour avoir envoyé des menaces de mort en décembre 2019 au président de la République Emmanuel Macron.

En décembre 2019, les services de l'Élysée ont reçu plusieurs messages qui adressaient des menaces de mort au chef de l'État
En décembre 2019, les services de l'Élysée ont reçu plusieurs messages qui adressaient des menaces de mort au chef de l'État © Maxppp - Romain Gaillard

"Surveille tes arrières Manu, un de ses quatre, tu prendras du plomb dans la cervelle si tu ne changes pas ta politique". Un jeune montpelliérain de 29 ans sera jugé le 12 juin prochain pour avoir envoyé des menaces de mort à Emmanuel Macron en décembre dernier. Le jeune homme avait envoyé plusieurs messages menaçants via le site de la présidence. 

Un jeune homme fragile

L'Élysée saisit alors le parquet de Paris, qui remonte la piste jusqu'à l’auteur de ces messages : un informaticien domicilié à Montpellier. Informés la semaine passée, les policiers de Montpellier perquisitionnent son domicile jeudi dernier, ils ne trouvent aucune arme. Mais dans son téléphone, les enquêteurs découvrent des messages violents à l'encontre du gouvernement et du président de la République. 

Il est immédiatement placé en garde à vue, les expertises montrent un jeune homme fragile, souffrant d'addictions et de problèmes psychiatriques. Il devait être jugé ce lundi 25 mai, l'audience a été renvoyée au 12 juin prochain. En attendant, il a été libéré et placé sous contrôle judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess