Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un nom de code dans les bars de Rouen pour se débarrasser des harceleurs

vendredi 6 avril 2018 à 6:34 Par Victoria Koussa, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Il suffit de prononcer le prénom "Angela" dans vingt-deux bars de la ville pour être aidé(e)s par le gérant. Ces derniers s'engagent à proposer un refuge aux victimes du harcèlement de rue. Une première en France.

Les gérantes du "Son du Cor" dans le centre-ville de Rouen participent à l'opération "Demandez Angela".
Les gérantes du "Son du Cor" dans le centre-ville de Rouen participent à l'opération "Demandez Angela". © Radio France - Victoria Koussa

Rouen, France

"Angela". C'est le mot de passe à prononcer dans des bars partenaires de l'opération "Demandez Angela" lancée par le Collectif féministe étudiant de Rouen pour ne plus se sentir seul(e) face à une agression. Immédiatement, les gérant(e)s comprennent dans quelle situation se trouvent confrontées les victimes sans qu'elles aient à expliquer leur problème et s'engagent à prendre en charge la femme ou l'homme en détresse à cause d'un harceleur ou d'un agresseur. 

Vingt-deux bars de Rouen acceptent de servir de refuge

Marie et Thomas, deux étudiants en architecture à l'origine du projet "Demandez Angela" qui fait déjà ses preuves en Angleterre  (Angela pour, certainement, Angela Davis, la militante féministe américaine), ont démarché en octobre dernier une bonne vingtaine de bars de Rouen pour participer à cette opération citoyenne. 

Hasard du calendrier, c'était la veille de l'affaire Harvey Weinstein, le réalisateur américain soupçonné d'avoir agressé des dizaines d'actrices. Vingt-deux bars de Rouen acceptent alors de participer à"Demandez Angela" par le biais d'une affiche orange à coller sur la vitrine ou dans les toilettes.

Offrir un verre d'eau, rassurer, appeler un taxi, les barmans s'engagent à accueillir les victimes du harcèlement de rue (...) cela permet de montrer au harceleur que la victime n'est pas seule", explique Thomas. 

"Ce n'est pas mon métier"

Même si en règle générale, la démarche est prise avec enthousiasme par les propriétaires des bars rouennais, Marie et Thomas ont eu deux refus. "L'un estime que ce n'est pas son travail de faire la police", précise Thomas. 

Pour Patricia, gérante du "Son du Cor" à Rouen, au contraire : "notre rôle n'est pas simplement d'encaisser de l'argent, de vendre des consommations, il faut prendre soin de nos clients, soin des autres, surtout dans le monde de la nuit"

ECOUTEZ - Reportage au "Son du Cor", un bar de Rouen qui participe à l'opération "Demandez Angela"