Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un nouveau squat ouvert à Caen

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

L'Assemblée générale de lutte contre toute les expulsions vient d'ouvrir un nouveau squat dans le quartier de la Folie-Couvrechef, à Caen, dix jours après l'évacuation de celui du Marais, derrière la gare.

Dans cette maison, 11 anciens du Marais, dont 6 enfants, sont logés.
Dans cette maison, 11 anciens du Marais, dont 6 enfants, sont logés. © Radio France - Adrien Bossard

Caen, France

Ils avaient menacé récemment d'ouvrir un neuvième squat à Caen, compte tenu de la situation critique. Dix jours après l'évacuation de celui du Marais, derrière la gare, les militants de l'Assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions sont passés à l'action. Ils ont officialisé ce vendredi 1er novembre, jour du début de la trêve hivernale, l'ouverture d'un nouveau squat. 

Il est situé rue des Vaux de la Folie, dans le quartier de la Folie-Couvrechef, dans la maison de l'ancien gardien d'un stade de foot, juste derrière le périphérique nord. Priopriété de la ville de Caen, il était vide depuis plusieurs années. Au total, 11 Albanais, Géorgiens et Soudanais, dont 6 enfants, y sont logés depuis mercredi. 

Un délai de 18 mois espéré

L'Assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions espère obtenir un délai de 18 mois, bien au-delà donc de la trêve hivernale. "Tant que la préfecture ne remplira pas son devoir de ne laisser aucune personne à la rue, on ouvrira des squats et on saisira la justice pour obtenir des délais, explique Sarah. D'autres collectifs militent même pour un trêve scolaire. Car derrière, pour les enfants expulsés, il y a un traumatisme important qui entraîne des difficultés à l'école."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu