Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un nouveau squat ouvre à Caen après plusieurs expulsions cet été

samedi 1 septembre 2018 à 22:12 Par Marcellin Robine, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Après plusieurs expulsions de squats à Caen cet été, l'AG de lutte contre toutes les expulsions a trouvé un nouveau logement pour une famille de 4 géorgiens. Le squat se situe dans le quartier de la Folie-Couvrechef, au nord de Caen. La famille y est installée depuis jeudi 30 septembre.

Une famille de 4 géorgiens a été relogée dans le quartier de la Folie-Couvrechef à Caen.
Une famille de 4 géorgiens a été relogée dans le quartier de la Folie-Couvrechef à Caen. © Radio France - Marcellin Robine

Caen, France

L'AG de lutte contre toutes les expulsions a trouvé un nouveau squat. Après l'évacuation de plusieurs logements cet été, le collectif a réussi à reloger une famille de 4 géorgiens dans le quartier de la Folie-Couvrechef, au nord de Caen. La maison était vide depuis plusieurs années. "On a appris qu'il y avait un logement qui n'était pas occupé ici, donc on a ouvert un nouveau squat, explique Clément, membre de l'AG de lutte contre toutes les expulsions. Pour l'instant, il y a quatre géorgiens, dont deux enfants qui sont scolarisés juste à côté. 3 ou 4 autres personnes devraient venir dans ce logement.

Une quinzaine de militants était réunie samedi 1 septembre devant le 9, allée du Bosphore pour veiller sur le nouveau squat. Selon l'AG de lutte contre toutes les expulsions, les policiers ne peuvent plus expulser les occupants puisqu'ils sont présents depuis plus de 48 heures dans le logement. Seule une décision de justice pourrait obliger la famille à quitter la maison.