Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un numéro pour répondre aux pulsions pédophiles testé en Occitanie

L'expérience est inédite en France : un numéro destiné aux personnes aux penchants pédophiles, le 0806.23.10.63, est testé dans cinq régions, dont l'Occitanie. Le but est d'éviter tout passage à l'acte et d'assurer un suivi psychiatrique.

© Maxppp -

Occitanie, France

L'Occitanie fait partie des cinq régions françaises où est testé un numéro de téléphone contre la pédophilie. Le 0806.23.10.63 est actif depuis mercredi et s'adresse aux personnes attirées par les enfants et redoutant un acte malheureux. 

Empêcher le passage à l'acte

"Ce numéro s'adresse à toutes les personnes qui ont des fantasmes, du désir pour des enfants, explique Mathieu Lacambre, médecin psychiatre au CHU de Montpellier. C'est le premier stade qui va amener vers des comportements problématiques, en commençant pas la consommation d'images pédopornographiques jusqu'à, peut-être, une agression sur des mineurs." 

Des évaluations cliniques dans les années 80 ont estimé que 10 à 30% de la population générale pouvait être traversée par ce genre d'attirance. 

"Un numéro pour toute personne qui aurait des fantasmes, du désir pour des enfants". Mathieu Lacambre, médecin psychiatre

Le but est donc d'empêcher le passage à l'acte, car l'expérience montre que les auteurs de ces violences cherchent souvent de l'aide avant de céder à leurs pulsions. Mathieu Lacambre connaît la question pour avoir présidé longtemps le Centre ressource pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (CRIAVS) dans la région. Il a travaillé deux ans sur ce projet de numéro. 

"S'il y a une attirance sexuelle pour un mineur, il y a un problème."

"Cette offre d'aide, c'est pour leur éviter de devenir auteur. À chaque fois qu'une demande d'aide trouve une réponse adaptée, le risque diminue. Il faut prendre conscience du problème : dès le téléchargement d'images, il y a une victime donc il y a une violence.  À partir du moment où il y a une attirance sexuelle pour un mineur, il y a un problème. Et on peut commencer à le traiter avant qu'il y ait un désir violent."

Le système existe déjà en Angleterre et en Allemagne. Plus de 10.000 appels traités outre-Rhin depuis sa création en 2005, et un appel sur trois débouche sur une prise en charge.

"On peut commencer le traitement avant qu'il y ait un désir violent"

Aucun financement

On peut regretter malgré tout que dans sa version française, ce projet ne s'adresse qu'aux adultes, ce qui écarte une partie importante des personnes concernées : "40% des violences sexuelles sur des enfants impliquent des mineurs en France,  souligne Mathieu Lacambre. Se fermer aux mineurs c'est se couper de 40% des auteurs.

Par ailleurs, le numéro n'est ouvert pour l'instant qu'en semaine et aux heures de bureau (cinq jours sur sept, de 9h à 17h). Le dispositif ne dispose en effet d'aucun financement.    

Le 0806.23.10.63 est un numéro de téléphone non surtaxé.

Pourquoi ce numéro? Eléments de réponse avec Marie Ciavatti

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu