Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un ophtalmologiste bisontin demande un moratoire sur les lanceurs de balles de défense à Emmanuel Macron

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

35 ophtalmologistes ont envoyé une lettre à Emmanuel Macron demandant un moratoire sur l'utilisation du lanceur de balle de défense. Parmi eux, le professeur Bernard Delbosc, chef du service ophtalmologie au CHU de Besançon.

Une munition de LBD (Lanceur de balles de défense) ramassée à Paris le 1er décembre 2018 lors de la mobilisation des "gilets jaunes".
Une munition de LBD (Lanceur de balles de défense) ramassée à Paris le 1er décembre 2018 lors de la mobilisation des "gilets jaunes". © Radio France - Maxime Tellier/Anne Fauquembergue

Besançon, France

Voilà un mois que leur lettre a été envoyée, sans réponse d'Emmanuel Macron. Le JDD publie ce dimanche matin le courrier envoyé par 35 ophtalmologistes français à Emmanuel Macron. Ils demandent un moratoire sur l'utilisation du lanceur de balle de défense. Une arme dite "sublétale", qui a provoqué des blessures graves dans les rangs des gilets jaunes. 

A Besançon ce samedi, un collectif de soignants du CHU et des gilets jaunes ont organisé un rassemblement pour demander l'interdiction des LBD.

Des blessures qui ne sont pas causées par hasard selon les médecins 

Parmi les signataires, Bernard Delbosc, chef du service ophtalmologie au CHU de Besançon. Dans leur lettre, les médecins parlent de "contusions oculaires graves par lanceurs de balles de défense". Pour eux, "les blessures oculaires survenues ces dernières semaines ne sont pas dues au hasard ou à l’inexpérience."

La lettre se termine ensuite par ce rappel, les ophtalmologiste ne sont pas dans une démarche militante : "notre démarche est uniquement celle de médecins, purement humaniste, avec pour seul but d'éviter d'autres mutilations."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu