Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un "Plan famille" pour améliorer les conditions de vie des militaires, réactions dans les Landes

mardi 31 octobre 2017 à 20:49 Par Valérie Mosnier, Maëlle Robert et Romain Dézèque, France Bleu Gascogne et France Bleu

La ministre des Armées Florence Parly a présenté ce mardi les mesures de son "Plan famille", pour apaiser le malaise des militaires et de leurs proches. Le département des Landes est bien sûr concerné puisque la base aérienne de Mont-de-Marsan compte 3.300 militaires.

La ministre des Armées, et la secrétaire d'Etat, la Landaise, Geneviève Darrieussecq, ont visité la BA 118 de Mont-de-Marsan, en septembre dernier
La ministre des Armées, et la secrétaire d'Etat, la Landaise, Geneviève Darrieussecq, ont visité la BA 118 de Mont-de-Marsan, en septembre dernier © Maxppp - Le Lievre Nicolas

Mont-de-Marsan, France

La ministre des Armées Florence Parly a présenté ce mardi les mesures de son "Plan d'accompagnement des familles et d'amélioration des conditions de vie des militaires". Une annonce suivie de près dans les Landes, le département est particulièrement concerné puisque la base aérienne de Mont-de-Marsan (la BA118) compte 3.300 militaires (3.500 avec les réservistes).

Un plan en douze mesures

La mesure phare de ce "Plan famille" concerne les préavis de mutation, source de stress et de mécontentement. Les officiers, un tiers des effectifs à Mont-de-Marsan, sont en moyenne, mutés tous les deux ans, tous les six à douze ans pour les sous-officiers. Jusqu'à maintenant, leurs préavis de mutation arrivaient seulement quelques semaines à l'avance. Dorénavant, leurs nouvelles affectations seront communiquées cinq mois à l'avance, afin qu'ils puissent mieux s'organiser avec leur famille.

Les mutations rythment la vie des militaires gradés, "de Orange à Strasbourg, de Strasbourg à Djibouti, de Djibouti à Strasbourg, de Strasbourg à Reims et après Mont-de-Marsan" raconte cette femme d'un militaire fraîchement retraité, "toujours des démarches à faire, des papiers à faire, chercher des appartements, l'électricité, essayer tout en même temps de gérer les écoles, retrouver un travail..." Des situations courantes, alors pour y remédier le plan prévoit d'aider le militaire et sa famille dans les démarches administratives.

Autre promesse, c'est celle d'un réseau wifi étendu dans les casernes, car la couverture n'est pas parfaite partout, ou en opération lorsque le contexte le permet. Les soldats auront ainsi un contact quasi permanent avec leur proches.

Le ministère prévoit également la création de 240 places de crèches supplémentaires, la construction et la rénovation de logements de fonctions et promet d'assurer un suivi particulier pour les militaires divorcés, qui ont des difficultés pour les droits de visites et de garde de leurs enfants.

L'ensemble de ces mesures seront appliquées, pour la plupart, dès 2018. Le "Plan famille" coûtera 300 millions d'euros sur cinq ans.

Ce Plan famille va améliorer les conditions de vie de nos militaires montois - Colonel Cédric Gaudillière, Commandant de la BA118

Pour le Colonel Cédric Gaudillière, le Commandant de la Base Aérienne 118 de Mont-de-Marsan, ce Plan famille a beaucoup d'intérêts et aura des répercussions sur la base militaire montoise :"je pense à l'amélioration des logements de la Base et même du parc locatif mis à disposition des familles aux alentours de la Base Aérienne. On va pouvoir bénéficier d'un certain nombre de crédits pour rénover ces logements."

Mais ce Plan va aussi permettre "d'aller plus loin dans ces matinées avec les conjoints des militaires, qui sont en opération. Nous organisons des réunions avec une psychologue, eh bien nous irons encore plus loin en organisant un soutien psychologique peut-être plus approfondi, ou en organisant davantage d'activités pour les enfants qui sont en opération", conclut le Colonel Cédric Gaudillière.