Société

Un premier radar-tronçon installé en Haute-Normandie, à Vernon

Par Ariane Griessel, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) mardi 4 mars 2014 à 7:28

Un exemple de radar tronçon en France - image d'illustration.
Un exemple de radar tronçon en France - image d'illustration. © Maxppp - Franck Dubray

Un premier radar-tronçon vient d'être installé en Haute-Normandie. Il se trouve sur la départementale 181 au niveau de Vernon. Depuis ce samedi, l'appareil mesure la vitesse que mettent les automobilistes et conducteur de deux-roues pour parcourir quatre kilomètres.

C'est la nouvelle arme des autorités contre l'insécurité routière : un premier radar-tronçon vient d'entrer en service en Haute-Normandie. Il fonctionne depuis ce samedi 1er mars, sur la départementale 181 à Vernon dans l'Eure, en direction de Gisors. Un axe limité à 90 km/h. Contrairement aux radars classiques, il ne flashe pas à un point donné, mais calcule votre vitesse moyenne. Il est implanté sur un axe particulièrement accidentogène, notamment pour les deux-roues.

Une vitesse calculée sur la durée

Une première caméra installée à la sortie de Vernon note la plaque d'immatriculation et l'heure de passage du véhicule au dixième de seconde près. Ensuite, quatre kilomètres plus loin une deuxieme caméra  enregistre encore une fois la voiture ou le deux-roues, ce qui permet à un ordinateur de calculer sa vitesse moyenne sur la distance. Si elle est supérieure à la limite, 90 km/h, le conducteur recevra une amende. Avec ce type de radar, nous sommes donc obligés de respecter la vitesse maximale sur tout le parcours.

Un secteur particulièrement accidentogène

Le but c'est de dissuader les conducteurs de freiner brutalement avant de réaccélerer une fois le radar dépassé. Cette zone, à la sortie de Vernon en direction de Gisors, a été choisie parce qu'elle est très accidentogène, particulièrement pour les deux roues.

Le radar-tronçon est en service depuis samedi dernier donc impossible pour l'heure de savoir combien de conducteurs ont été verbalisés. Mais l'été dernier, le meme type de radar à Ploërmel dans le Morbihan avait flashé plus de 4.000 véhicules en un mois seulement.

"Un piège pour les automobilistes" (D. Touzeau, président automobile club de l'ouest en Seine-Maritime)

L'argument de la sécurité routière laisse les associations d'automobilistes sceptiques. Pour Dominique Touzeau, président de l'automobile club de l'Ouest en Seine-Maritime, ce nouveau radar est "un piège pour les automobilistes" et ça  n'est pas la bonne solution pour réduire la mortalité sur les routes :

Dominique Touzeau, président de l'Automobile Club de l'Ouest en Seine-Maritime

Un autre radar-tronçon doit bientôt entrer en service en Seine-Maritime, entre Fultot et Doudeville, dans le Pays de Caux.