Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pyrénées : un projet de refuge à la station d'altitude d'Issarbe

dimanche 13 mai 2018 à 10:14 Par Pierre Coquelin, France Bleu Béarn et France Bleu Pays Basque

Dans la vallée de Barrétous, la station d'altitude d'Issarbe souhaite se développer. Face aux nombreuses demandes d'hébergement, un projet de refuge de 24 lits est à l'étude. Les travaux pourraient commencer dès avril-mai 2019.

La maire de Lanne-en-Barétous, Lydie Campello (à droite), et Dany, la cuisinière du restaurant d'Issarbe
La maire de Lanne-en-Barétous, Lydie Campello (à droite), et Dany, la cuisinière du restaurant d'Issarbe © Radio France - Pierre Coquelin

Lanne-en-Barétous, France

C'est un challenge pour nombre de petites stations pyrénéennes : se diversifier pour survivre. A la frontière entre le Béarn et la Soule, la station d'Issarbe - "sous les étoiles" en basque - culmine à 1450 mètres d'altitude. C'est l'un des quatre sites de ski de fond et de raquettes des Pyrénées-Atlantiques. Face à la demande d'hébergement, la municipalité de Lanne-en-Barétous, la commune sur laquelle se trouve la station, a un projet de refuge de 24 lits, dans l'actuel bâtiment construit en 1989.

Un site qui se trouve à la croisée des chemins. "La démarche de la commune a été de se dire : on a un bâtiment communal, on a une demande pour de l'hébergement. Est-ce que c'est viable ?", explique la maire Lydie Campello. Trois scénarios : fermer la station (tout en réalisant des travaux de mise aux normes pour un montant de 500 000 euros), aménager des hébergements insolites (yourtes, etc.), ou réaliser un site d'hébergement dans l'esprit refuge. Il y a quelques mois, la commune a monté une étude auprès d'un cabinet bordelais. Le refuge compterait 24 lits, et le montant des aménagements s’élèverait à un million d'euros, pris en charge à 80% par des subventions (Europe et région notamment). En gros, il resterait 250 000 euros à trouver pour la commune de Lanne. 

Trouver les finances et un gérant

Pour asseoir son projet, le village béarnais multiplie les idées de projets, et compte mettre en avant ses atouts. "Aujourd'hui, Issarbe est utilisé par plusieurs publics : vététistes, randonneurs, amoureux de la nature... Mais, on reste dans l'entre-soi. On voudrait faire partager ce site exceptionnel", commente Lydie Campello. La clientèle est avant tout familiale. Le site a été homologué à l'automne par la fédération française de parapente. Et puis il y a ce restaurant, qui peut faire jusqu'à 90 couverts en hiver. Derrière les fourneaux, Dany, qui part en retraite en 2019. 

J'aimerais bien que ça se poursuive. Il ne faut surtout pas le fermer. Avant que la commune ne reprenne, je voyais ces bâtiments fermés : c'était vraiment désolant. — Dany, cuisinière

Lanne-en-Barétous a désormais deux gros chantiers : "travailler sur le plan de financement, et en parallèle, sur le recrutement du gérant". Le site a été municipalisé en 2014. "Pour moi, la clé du succès sera d'associer le ou les futurs gérants avec la commune, et l'ensemble des acteurs (bergers, ONF, sportifs...). On doit créer un outil ensemble, sur le long terme, car tout seul, on ne pourra pas travailler", confie la maire de Lanne-en-Barétous. 

Lydie Campello espère un début des travaux en avril-mai 2019, pour une livraison du refuge fin 2020.