Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un psychiatre poursuivi pour avoir lié une maladie à du harcèlement au travail

-
Par , France Bleu Vaucluse

Un psychiatre hospitalier de Montfavet est poursuivi pour avoir établi un lien entre les conditions de travail et la maladie dont souffre une de ses patientes, employée sur la zone commerciale d'Avignon nord.

Stress au travail
Stress au travail © Fotolia.com

Le docteur Jean Rodriguez, psychiatre hospitalier à Montfavet est spécialiste de la souffrance psychique au travail. Il est à l'origine de consultations et de groupes de paroles dédiés. Mais aujourd'hui, il est poursuivi devant le Conseil de l'ordre des médecins de Vaucluse pour avoir fait le lien entre la maladie dont souffre une de ses patientes (employée dans une grande surface de la zone commerciale Avignon nord) et ses conditions de travail. Cette salariée souffre d'un syndrome post-traumatique suite à du harcèlement moral.

Le Dr Jean Rodriguez revient sur cette affaire particulière de harcèlement au travail, au micro de Daniel Morin

Une pétition circule sur internet, en soutien au médecin. Lui estime n'avoir fait que son travail, ce que la loi attend d'un spécialiste confronté à une situation de harcèlement.

Le Dr Jean Rodriguez, au micro de Daniel Morin

Stéphane Kalfa est un cuisiner de 39 ans. Il est en arrêt de travail depuis un an et demi. Il est en conflit avec son ancien employeur (une mairie importante de Vaucluse) depuis qu'il a voulu dénoncer des irrégularités graves, dit-il, dans le fonctionnement de la cuisine centrale (règles d'hygiène et sanitaires) : 2.000 repas y sont cuisinés chaque jour pour les scolaires et les personnes âgées.

Il a engagé des poursuites contre la Caisse primaire d'assurance-maladie de Vaucluse qui ne reconnaît pas l'origine professionnelle de ses troubles.

Stéphane Kalfa, cuisinier, est en arrêt de travail depuis 18 mois