Société

Un quart des Sarthois a déjà fait du covoiturage pour aller travailler

Par Marion Fersing, France Bleu Maine mercredi 16 septembre 2015 à 4:49

Le covoiturage : alternative aux kilomètres
Le covoiturage : alternative aux kilomètres © Radio France

Nous sommes de plus en plus nombreux à faire du covoiturage ! Un Sarthois sur 4 a même déjà partagé une voiture pour aller travailler selon l'étude de Vinci autoroutes.

Et si on partageait notre voiture pour aller travailler ? C'est ce qu'a déjà fait un Sarthois sur quatre (selon l'étude de Vinci autoroutes). Le covoiturage ne se limite pas aux week-end et aux soties entre copains. Il est même encouragé par les entreprises pour les missions professionnelles : ça coûte moins cher, c'est plus écologique et c'est moins fatiguant de se partager le volant.

80% des Sarthois interrogés font du covoiturage au moins une fois par mois pour le travail

Et ça se voit sur les parkings de covoiturage ouverts par Vinci autoroutes aux sorties du Mans sur l'A28 et sur l'A10. 80% des Sarthois qui les utilisent le font pour se rendre au travail en région parisienne, à Nantes, à Rennes ou à Tours. "C'est soit pour faire le trajet domicile-travail, soit pour des déplacements professionnels" explique Catherine Galerne-Gloaguen, la responsable communication de la société d'autoroutes au Mans. "Et c'est vraiment une habitude qui est prise, puisque 8 Sarthois sur 10 le font au moins une fois par mois".

C'est moins cher et ça permet de rencontrer des gens, de discuter

Actuellement, ce sont surtout les hommes qui font du covoiturage. Les femmes, comme Muriel, sont minoritaires (30%). Pour la première fois, elle a décidé de prendre des passagers pour se rendre à Rennes pour une formation. "Déjà, c'était pour ne pas être toute seule et puis aussi pour partager les frais d'autoroute". Dans sa voiture, elle emmène donc Martin, un étudiant de 19 ans, qui a choisi ce moyen de transport avant tout pour le prix : "comparé à la SNCF, ça fait une économie de 15-20 euros sur un trajet Alençon-Rennes". Le deuxième passager, c'est Arnaud. Lui a le permis et une voiture, mais il a préféré la laisser au garage : "comme ça, elle s'use moins et ça permet de rencontrer des gens, de discuter".

Yann Lastenet a rencontré Muriel, Martin et Arnaud avant leur covoiturage