Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Société

Un réseau d'immigration clandestine démantelé à Metz

samedi 21 avril 2018 à 13:30 Par Clément Conte, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Entre 2.500 et 3.000 ressortissants albanais et kosovars sont arrivés en France depuis un an via une filière d'immigration clandestine très active surtout dans la région Grand Est. Ce réseau, bien coordonné, a été démantelé cette semaine en partie à Metz.

Une filière d'immigration clandestine démantelée en partie à Metz
Une filière d'immigration clandestine démantelée en partie à Metz © Maxppp - Maury GOLINI

Metz, France

C'est une filière parfaitement organisée. Les Albanais et les Kosovars arrivent en bus ou en avion jusque dans le Grand Est, notamment à Metz et Strasbourg, points de chute privilégiés par les organisateurs. Le rythme est effréné, selon Christian Lajarrige, directeur de la police aux frontières de la zone est : "On comptait entre 3 et 4 liaisons par semaine."

Une fois la frontière passée, les clandestins sont pris en charge par le réseau qui les accompagne dans leurs demandes d'asile, à l'aide de faux documents estimés entre 600 et 2.000 euros. Pendant ce temps, certains quittent la région : "Ils étaient mis à disposition d'une entreprise de BTP en région parisienne qui les employait ou les mettait en sous-traitance", précise Christian Lajarrige. 

Une enquête commencée il y a un an

C'est la brigade mobile de recherche zonale qui s'intéresse d'abord à un homme domicilié à Langres (52), il y a un an. Très vite, elle s'aperçoit qu'il n'est pas seul à agir et que le réseau est bien plus vaste. La police aux frontières a finalement interpellé quatorze personnes depuis mars, en région parisienne et dans le Grand Est. "Les interpellations à Metz ont eu lieu cette semaine, principalement les chauffeurs de bus", souligne Christian Lajarrige. 

Neuf personnes au total ont été mises en examen pour aide à l'entrée ou au séjour irrégulier d'un étranger sur le territoire français en bande organisée.