Société

Un résistant belfortain reposera dans le camp de concentration où il avait passé sept mois

Par Faustine Mauerhan, France Bleu Belfort-Montbéliard vendredi 11 avril 2014 à 6:00

Langenstein
Langenstein © Creative commons

C'était la dernière volonté de Louis Bertrand. Ce résistant belfortain, déporté sept mois dans le camp de travail forcé de Langenstein Zwiberge, au centre de l'Allemagne, a voulu reposer près de ses anciens compagnons. Ce vendredi, ses cendres seront enterrées sous une stèle, à quelques mètres de la fosse commune creusée par les Alliés en avril 45.

C'est la première fois que l'Allemagne accepte une demande officielle de ce genre. Ce vendredi 11 avril, les cendres d'un ancien résistant français vont être enterrées près de la fosse commune du camp de travail forcé de Langenstein - Zwieberge, dans le centre de l'Allemagne. Louis Bertrand, résistant belfortain, y a passé sept mois entre septembre 1944 et avril 1945. Il a même participé à la fameuse "marche de la mort" quand à l'approche des troupes ennemies, les nazis ont évacué les camps, faisant marcher sur des kilomètres, des hommes et des femmes épuisés, affaiblis. Conscient de son devoir de mémoire, "Louyot" comme on l'appelait à Belfort, est souvent retourné en Allemagne. Avant son décès l'été dernier, en juin, il a demandé à sa famille de reposer près de ses anciens camarades de déportation. Un choix qui n'a étonné personne dans son entourage.

Il se souvenait parfaitement de ses compagnons.

Marie-Antoinette Vacelet, une professeur d'histoire à la retraite, l'a souvent rencontré à Belfort. Elle dirige le collectif du concours de la résistance et de la déportation dans le Territoire de Belfort. Un peu surprise au début, Marie-Antoinette Vacelet comprend finalement très bien. "Je pense qu'il a laissé un peu de lui là-bas, je comprends aujourd'hui. Il parlait très souvent de ses amis restés là-bas. Ceux qui n'ont pas eu sa chance. Peut-être a-t-il souffert d'être rentré sans eux" , se demande cette ancienne enseignante, passionnée par l'histoire de Louis Bertrand. 

Louis Bertrand / BOB

D'ailleurs Marie-Antoinette sera à Langenstein - Zwieberge ce vendredi. Elle a été conviée par la famille du résistant. Un honneur. La cérémonie à 17h, doit être très intime, très simple, comme lui. D'anciens déportés allemands et polonais seront là aussi.