Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un Sétois enchaîné et gréviste de la faim devant le Centre de rétention administrative

mercredi 20 juin 2018 à 4:37 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault et France Bleu

À Sète (Hérault), Tieri Briet s'est enchaîné devant le Centre de rétention administrative depuis le lundi 11 juin. Il mène également une grève de la faim pour demander la libération des étrangers menacés d'expulsion.

Le Collectif exCRAdition a commencé son action le lundi 11 juin
Le Collectif exCRAdition a commencé son action le lundi 11 juin © Radio France - Salah Hamdaoui

Sète, France

Ce mercredi, journée mondiale des réfugiés, Tieri Briet en sera à son 10e jour de grève de la faim. Et cela fera autant de temps qu'il est enchaîné devant le Centre de rétention administrative (CRA) de Sète, quai François Maillol. Il s'agit d'une action du Collectif exCRAdition qui demande la fermeture pure et simple de tous les CRA de France et la libération de tous les étrangers qui y sont retenus.

Écrivain âgé de 54 ans, Tieri Briet s'est enchaîné la cheville à un lampadaire au pied duquel il a installé une tente igloo pour se reposer et des grands parasols pour se protéger du soleil qui tape dur en ce moment. Il boit "6 litres d'eau par jour, enrichie en sels minéraux", mais ne mange rien. Il bénéficie d'un suivi médical et plusieurs personnes se relayent à ses côtés, jour et nuit.

Rendre visible ce qui se passe à l'intérieur

"On a voulu rendre visibles les luttes des étrangers qui sont retenus avant d'être expulsés hors d'Europe. Ils font des grèves de la faim, il s'auto-mutilent, ils font des tentatives de suicide. On s'est dit que le plus grave dans leur situation, c'est que personne ne le sait" explique Tieri Briet.

L'enfermement des étrangers en situation irrégulière l'insupporte. "On n'est pas criminel parce qu'on est étranger sans papiers. On est juste quelqu’un qui a fui des fois la misère, des fois la guerre. Juste quelqu'un qui essaye de reconstruire sa vie, je vois pas pourquoi il aurait pas le droit".

Voisins malgré eux

Le CRA de Sète, où se trouve actuellement une vingtaine d'étrangers selon le Collectif, est décidément une rendez-vous des mobilisations. Jeudi 21, des policiers  viendront "en voisins" pour se rassembler devant les grilles. A l'appel du syndicat Alliance, il veulent dénoncer "le manque cruel d'effectifs qui remet en cause la sécurité" des forces de l'ordre qui sont affectées aux CRA de l'Hérault, du Gard et des Pyrénées Orientales.

Tieri Briet, en grève de la faim depuis le lundi 11 juin - Radio France
Tieri Briet, en grève de la faim depuis le lundi 11 juin © Radio France - Salah Hamdaoui
Il est enchaîné par la cheville à un lampadaire devant le CRA de Sète - Radio France
Il est enchaîné par la cheville à un lampadaire devant le CRA de Sète © Radio France - Salah Hamdaoui
Le Centre de rétention administrative de Sète - Radio France
Le Centre de rétention administrative de Sète © Radio France - Salah Hamdaoui