Société

Un site internet pour tout savoir sur les rythmes scolaires

Par Raphaël Godet, France Bleu lundi 23 juin 2014 à 7:54

Capture d'écran du site dédié à la réforme des rythmes scolaires
Capture d'écran du site dédié à la réforme des rythmes scolaires © 5matinees.education.gouv.fr - - Capture d'écran

Le ministère de l'Education nationale lance ce lundi un site internet pour présenter les horaires de la plupart des écoles primaires publiques, à la rentrée de septembre, où doit être généralisée la réforme des rythmes scolaires. Dès ce lundi, 97% des 52.900 écoles de France sont recensées.

En arrivant sur le site5matinees.education.gouv.fr , vous trouvez simplement deux cases, l'une dans laquelle il faut taper le nom de sa commune ; le second pour indiquer le nom de l'école maternelle ou élémentaire concernée. Un clic, et apparaît l'emploi du temps qui sera mis en place à la rentrée de septembre 2014 : l'heure de début et de fin des cours, les horaires de la pause déjeuner et des fameuses activités périscolaires. 

Objectif assumé de ce site : "combler un déficit d'information " pour les parents d'élèves, à deux mois et demi de la généralisation de la réforme des rythmes scolaires, déjà en place dans certaines écoles cette année. Le site présente également des vidéos d'information, et des fiches questions-réponses sur des cas pratiques : "comment les activités périscolaires sont-elles encadrées ? ", etc. 

Huit ou neuf demi-journées ?

A l'heure actuelle, les 52.900 écoles de France ne sont pas encore toutes répertoriées : le ministère indique qu'il en manque encore quelques-unes, et que c'est une question de jours. Quelque 90% des communes sont d'ores et déjà en ligne

Ce site permettra aussi de voir quelles communes ont choisi d'appliquer le décret de Benoît Hamon qui permet de déroger à la règle générale des 9 demi-journées de cours, notamment en groupant toutes les activités périscolaires sur un seul après-midi plutôt que réparties par tranches quotidiennes de 45 minutes. Le ministère assure que seules 6% des communes avaient des difficultés de mise en oeuvre et pourraient être concernées par ce décret. 

Partager sur :