Société

Un squat de Roms fait polémique à Valence

Par Marion Chantreau, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 22 avril 2015 à 20:44

Les Roms squattent un local désaffecté en retrait de l'avenue Victor Hugo à Valence.
Les Roms squattent un local désaffecté en retrait de l'avenue Victor Hugo à Valence. © Radio France

Depuis un mois, ils sont une trentaine à squatter en haut de l'Avenue Victor-Hugo à Valence, en face du prestigieux restaurant Pic. Des Roms installés dans un ancien garage désaffecté. Les riverains se plaignent de nuisances. Le propriétaire est sommé de procéder à leur expulsion.

Un an après les démantèlements de deux camps de Roms à Valence, l'un sur le plateau des couleures, l'autre au sud de la ville, quartier la Condamine, un nouveau squat de migrants fait parler de lui. Avenue Victor Hugo,**** en haut de l'artère, dans un local désaffecté au rez-de-chaussée, une trentaine de Roms ont installé des tentes et des matelas par terre. Parmi eux, quelques enfants non scolarisés. Les conditions d'hygiène sont déplorables, pas de sanitaires ni d'électricité. Ces Roms ne sont pas connus des associations d'aide aux immigrés. Les riverains et commerçants alentours voient d'un mauvais oeil leur présence. Ils dénoncent des nuisances: vas-et-viens permanents, mendicité, vols, etc.

 

"On les voit fouiller les poubelles, faire la manche"

La présence de ces Roms perturbe le quotidien des riverains

 

Ils sont très peu à parler français, ne travaillent pas et refusent qu'on les photographie, tout comme le hangar qu'ils occupent. Depuis quelques mois ils vagabondent de squat en squat à Valence . Pas question pour le moment de retourner en Roumanie. Une journée de travail là-bas leur rapporte quinze euros, en France, ils disent gagner 50 euros en un jour de travail au noir. La ville est au courant de leur présence . Après une visite des inspecteurs de salubrité, elle a saisi le propriétaire, un parisien, pour qu'il engage une procédure d'expulsion en urgence.

La cohabitation est difficile entre les habitants du quartier et ces nouveaux arrivants