Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un système pour garantir des logements de qualité sur Airbnb à Sète

lundi 5 mars 2018 à 10:32 Par Claire Moutarde, France Bleu Hérault

La ville de Sète s'organise pour éviter les dérives des plateformes de réservation de logements comme Airbnb. L'idée est d'imposer aux propriétaires de s'enregistrer via un numéro d'immatriculation d'ici cet été.

illustration
illustration © Maxppp - Julio PELAEZ

Sète, France

Le premier objectif pour la ville de Sète, c 'est de garantir aux touristes un minimum de qualité pour leurs logements, histoire d'éviter les mauvais souvenirs . L'office du tourisme a déjà reçu des plaintes de vacanciers pour des logements sales, voire insalubres.  L'autre objectif est de faire l'inventaire de tous les propriétaires. Aujourd'hui, ils sont 1.231 sont déclarés comme loueurs occasionnels à Sète. 

La ville estime qu'il y en a plus en les débusquant, elle pourra mieux en contrôler la qualité et récupérer la taxe de séjour. Entre 22 centimes par jour et par personne pour la moins chère et 1 euro 48 pour les 4 étoiles . ça n'est pas négligeable. 

Comment ça marche ?  

Les loueurs doivent se déclarer à l'office du tourisme de Sète. Avec une simple démarche sur internet, ils reçoivent un numéro d'immatriculation de manière automatique . Un numéro qu'ils devront transmettre à la plateforme de location en ligne , Airbnb pour la grande majorité. Mais en fait, tout ça c'est déjà le cas.  Ce qui est vraiment nouveau c'est qu' Airbnb a désormais l'obligation de faire apparaître ce numéro sur les annonces. Depuis le mois de décembre 2017, pour les communes qui le prévoient, pas d'annonces sans immatriculation.

Paris l'a fait , Bordeaux aussi mais pas pour les mêmes raisons

En effet, pour Paris et Bordeaux, le problème c'est qu'il n'y a pas assez de logements pour accueillir des locataires toute l'année. Donc, pour ces villes l'idée est de limiter le nombre de jours de location d'un appartement ou d'une maison. Par exemple, à Paris, il ne sera pas possible pour un propriétaire de louer plus de 120 jours par an sur Airbnb. Rien de tel à Sète. Il n'y a pas de pénurie de logements sur l'île singulière. 

C'est même plutôt le contraire. L'offre hôtelière, seule, ne parvient pas à faire face à la demande. Donc, pas question de limiter l'offre pour Sète mais bien de garantir aux touristes un niveau minimum de qualité. Si l'Office du tourisme reçoit trois plaintes contre un propriétaire, il réalisera un contrôle. Et si en effet, le logement pose problème, s'il est indigne, alors il retirera le numéro d'immatriculation.