Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un "terrain solidaire" dans le viseur de la justice à Cabannes

jeudi 29 novembre 2018 à 18:21 - Mis à jour le vendredi 30 novembre 2018 à 8:53 Par Marie-Audrey Lavaud, France Bleu Vaucluse et France Bleu Provence

Le propriétaire d'un terrain situé à Cabannes (Bouches-du-Rhône) se retrouve devant la justice ce vendredi. David Collard pourrait être jugé responsable d'infractions au code de l'urbanisme pour avoir installé un "camping social".

David Collard qui accueille des familles sur son terrain à Cabannes
David Collard qui accueille des familles sur son terrain à Cabannes © Radio France - Charlotte Lalanne

Tarascon, France

David Collard présente son projet comme un "terrain solidaire" et va devoir défendre sa cause devant le tribunal correctionnel de Tarascon ce vendredi matin. Ce propriétaire de terres agricoles à Cabannes loue à bas prix depuis 2014, autour de 200 euros par mois, des emplacements pour des familles en grandes difficultés. Aussi bien équipée que sur un camping, chaque famille dispose d'une parcelle de 250 mètres carrés, avec électricité et point d'eau. 

Mais le maire de Cabannes l'a assigné en justice pour infraction au code de l'urbanisme. Le terrain agricole serait en zone inondable, insalubre et non viabilisé. Et la loi n'autoriserait pas de vivre dans une caravane à l'année sur un terrain privé.  

"On ne peut pas laisser des personnes sans logement."

David Collard répond à ses accusateurs qu'il n'y a pas assez de logements sociaux sur la commune. Il assure par ailleurs que l'argent des loyers est réinvesti pour l'entretien du terrain. Et puis il a lui même connu la galère et "ne peut pas laisser des gens sans logement". Actuellement il y a 17 personnes sur son terrain dont sept enfants. En quatre ans, David Collard a aidé 40 familles à se stabiliser et une vingtaine d'enfants a pu être scolarisée dans le secteur. 

Mais ce camping social ne répondrait pas aux normes. S'il y a avait le moindre incident comme de l'eau qui devenait impropre ou, plus grave, des victimes d'inondations, le maire en serait tenu pour responsable. L'audience en correctionnelle ce vendredi matin devrait attirer beaucoup de monde. Selon son avocate carpentrassienne, David Collard est "très soutenu". Maître Martine Pentz estime que "cette solidarité hors la loi résonne d'autant plus dans le contexte actuel".