Société

Un tribunal spécial pour les toxicomanes bientôt à Bobigny (Seine-Saint-Denis)

Par Martine Bréson, France Bleu Paris Région mercredi 26 février 2014 à 5:00 Mis à jour le mercredi 26 février 2014 à 11:00

Canada

Le concept arrive du Canada. Ces tribunaux aident les toxicomanes au lieu de les incarcérer. Après un sevrage de six mois, ils imposent aux toxicomanes volontaires un véritable programme de réinsertion. Durant un an minimum ils sont suivis par la justice avec une à deux audiences par semaine et ils sont aussi pris en charge par des associations qui luttent contre la toxicomanie.

Ce sont les petits délinquants , ceux qui sont poursuivis pour de petits délits, possession de drogues ou vente pour financer leur consommation, qui sont concernés par ce programme. Un agent de liaison de l’administration pénitentiaire assure le lien entre les soins, les services sociaux et la justice.

P -tribunal pour drogués

Cela peut durer deux ans . En cas d’échec, le prévenu est sanctionné. S’il réussit, il est dispensé de peine. Le taux de réussite de ces tribunaux est évalué à 15% . Et pour ceux qui quittent le programme avant la fin, le risque de récidive est moins important.

Pour mieux connaître cette pratique canadienne, fin 2013, des représentants de l'Etat, du Parquet de Bobigny ainsi que des membres du tissu associatif de Seine Saint Denis ont fait deux voyages d’étude à Montréal et à Vancouver.

S - tribunaux pour drogués

Et puis, en janvier 2014, six députés de la commission des lois ont aussi visité les "drug courts" de Montréal et de Toronto. Ils sont tous revenus enthousiastes.

Un groupe de travail devrait se mettre en place après les municipales pour une importation de cette justice dite "thérapeutique" en France, à l’automne prochain.

 

 

 

E - tribunal pour drogués

Partager sur :