Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Beer Week de Montpellier : les habitants demandent aux participants de ne pas uriner partout

jeudi 23 février 2017 à 4:00 Par Charlotte Coutard, France Bleu Hérault

La Beer Week de Montpellier a lieu jusqu'à la fin de la semaine. Si vous achetez un bracelet, vous avez droit à des réductions sur certaines bières, dans certains bars. Une association d'habitants du centre ville veut sensibiliser les amateurs de bières, et appelle au calme ce week-end.

La place Jean Jaurès, très fréquentée le soir à Montpellier.
La place Jean Jaurès, très fréquentée le soir à Montpellier. © Radio France - Charlotte Coutard

Montpellier, France

Vous ne l'avez peut-être pas remarqué, mais en ce moment, c'est la Beer Week à Montpellier, depuis lundi et jusqu'à dimanche. C'est la première édition, organisée en partenariat avec 16 bars et restaurants. Le principe est simple : vous achetez un bracelet à cinq euros, il vous donne le droit jusqu'à la fin de la semaine à des réductions sur certaines bières, de la brasserie Paulaner principalement basée à Munich, dans les établissements partenaires. Des réductions de moins 20% à moins 30%.

Inquiétude de certains riverains

Mais une association s'inquiète des débordements à l'approche du week-end. "Le bruit est assez insupportable lorsque les gérants des bars ne gèrent pas leur clientèle et laissent la clientèle investir les rues", explique Magalie Balmefrezol, la présidente de l'association "Droit au sommeil" à Montpellier, qui regroupe une cinquantaine de membres.

"Le manque d'éducation, le fait que quand on est alcoolisé, on respecte moins la loi, fait que les débordements, les nuisances, notamment le fait d'uriner un peu partout, se poursuivent tard dans la nuit. On imagine que le fait d'attirer commercialement des gens pour consommer, ça va augmenter la fréquentation, et donc les nuisances".

Magalie Balmefrezol, présidente de l'association "Droit au sommeil" à Montpellier. - Radio France
Magalie Balmefrezol, présidente de l'association "Droit au sommeil" à Montpellier. © Radio France - Charlotte Coutard

"Ce n'est pas la semaine de la débauche !" (Thibault Lehucher)

De leur côté, les commerçants partenaires tentent de rassurer les riverains. "Ce n'est pas la semaine de la débauche, c'est la semaine de la dégustation de la bière et de la découverte de la bière", répond Thibault Lehucher, gérant du bar "Au fût et à mesure", l'un des établissements partenaires. "On va être sur des bières de dégustation, on ne vise pas particulièrement une clientèle très jeune. On vise des clients qui veulent découvrir de nouveaux goûts, de nouvelles saveurs".

Le bar "Au fût et à mesure" surveille attentivement sa clientèle. - Radio France
Le bar "Au fût et à mesure" surveille attentivement sa clientèle. © Radio France - Charlotte Coutard

"Il n'y aura personne qui danse à poil" (Karim).

Karim travaille un peu plus loin, au Saint-Roch. "On gère notre clientèle, on fait attention, dès qu'ils ont un peu bu on les calme, quand ils sont déjà bourrés on ne les sert pas. Il n'y aura personne qui danse à poil, c'est juste des gens qui viennent déguster des bières et qui auront des réductions".

Un événement encore peu connu

Pour le moment, aucun problème à signaler, d'autant plus que peu de gens sont au courant de cette manifestation. "Je n'ai pas l'impression que ce soit la débauche", constate Thomas, assis une bière à la main place Jean-Jaurès, "si ça attire du monde et que ça peut permettre de faire vivre encore mieux les bars, ça peut être bien aussi".

Et pour Marion, son ami assise juste à côté, "quand on habite en centre ville, on sait qu'il va y avoir de la nuisance sonore, c'est un choix !" Magalie Balmefrezol, la présidente de l'association "Droit au sommeil", lui répond "_on peut essayer de respecter un petit peu plus_. Il y a un effort à faire, pour bien vivre ensemble".

Le café Joseph est également partenaire de l'opération. - Radio France
Le café Joseph est également partenaire de l'opération. © Radio France - Charlotte Coutard