Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une association de Besançon dénonce les conditions d'accueil des migrants mineurs

-
Par , France Bleu Besançon

Après le décès le 24 juillet de Zachée, Camerounais de 14 ans arrivé à Besançon, l'association d'aide aux migrants SolMiRé dénonce les conditions d'accueil des mineurs isolés en France. Il a fallu plus de trois mois pour que le jeune garçon soit reconnu mineur isolé, quelques jours avant son décès.

Les migrants à Besançon se retrouvent à la gare SNCF Viotte car ils y trouvent du WiFi gratuit.
Les migrants à Besançon se retrouvent à la gare SNCF Viotte car ils y trouvent du WiFi gratuit. © Radio France - Jean-Francois FERNANDEZ

Besançon, France

Les membres de l'association SolMiRé d'aide aux migrants et réfugiés interpellent les services de l'Etat et les collectivités pour leur incapacité à prendre en charge les mineurs isolés. Les mineurs isolés, ce sont ces migrants qui ont moins de 18 ans. Alors que les majeurs sont orientés vers des circuits de demandeurs d'asile, en théorie les mineurs doivent être pris en charge par une structure dédiée, l'Aide Sociale à l'Enfance (de la compétence des départements). 

70% des mineurs sont déclarés comme ayant 18 ans ou plus

On se souvient de la mise en place du test osseux, une méthode qualifiée d'infaillible pour déterminer l'âge d'un individu. Le problème, c'est que pour éviter d'avoir à gérer cette situation, et donc y consacrer un budget grandissant d'année en année, des mineurs sont très souvent classés comme ayant 18 ans ou plus. De cette façon, ils se retrouvent dans le circuit dit normal. 

Selon l'association SolMiRé, qui s'appuie sur des chiffres du conseil départemental du Doubs, 70% des jeunes migrants qui sollicitent une prise en charge comme mineurs isolés se retrouvent qualifiés de majeurs et voient ainsi leur demande rejetée.

Un jeune migrant à la gare Viotte deBesançon. Il vient chercher du WiFi gratuit - Radio France
Un jeune migrant à la gare Viotte deBesançon. Il vient chercher du WiFi gratuit © Radio France - Jean-Francois FERNANDEZ

Une fois considérés comme majeurs, ces jeunes se retrouvent SDF, livrés à eux même en ville. L'association en a compté une vingtaine cet été à Besançon.

Les associations se substituent aux services de l'Etat et collectivités

Une fois à la rue, ces jeunes sont orientés vers des associations comme SolMiRé. Elles s'occupent d'eux, leur trouvent une famille d'accueil et se chargent des démarches administratives. Le cas du jeune Zachée est une triste illustration de la défaillance de l'Etat. Déclaré comme majeur par l'Aide Sociale à l'Enfance lors de son arrivée en mars 2019 à Besançon, Zachée Otto Koumata s'est retrouvé SDF dans les rues de Besançon, avant d'être immédiatement pris en charge par l'association. 

SolMiRé a trouvé au jeune garçon deux premières familles d'accueil pour les premières semaines, puis il a été accueilli dans une famille durant trois mois. Pendant cette période, l'association a fait toutes les démarches, notamment auprès de l'ambassade du Cameroun en France pour attester de sa date de naissance. Ce n'est que le 3 juillet que le juge des enfants a (enfin) reconnu que Zachée était mineur et qu'il n'avait que 14 ans. Une reconnaissance quelques jours avant sa mort par noyade sur une zone de loisirs où la baignade était surveillée. Une information judiciaire a été ouverte pour non assistance à personne en danger et homicide involontaire. 

La gare Viotte de Besançon, un des points de convergence  des jeunes migrants à Besançon - Radio France
La gare Viotte de Besançon, un des points de convergence des jeunes migrants à Besançon © Radio France - Jean-Francois FERNANDEZ

La rue n'est pas un abri pour les mineurs étrangers

L'association SolMiRé alerte sur l'enfance en danger. L'association estime que la rue n'est pas un abri pour les mineurs étrangers et interpelle l'Etat et les collectivités. La mort du jeune Zachée est l'illustration de l'incapacité de la France à gérer cette situation. Dans un communiqué, les membres du collectif précisent que "les associations ne peuvent pas et ne doivent pas se substituer aux collectivités locales dont c'est la responsabilité d'assurer un accueil inconditionnel aux enfants et adolescents qui les sollicitent". SolMiRé qui parle de "scandale humanitaire, sanitaire... ce fiasco humanitaire qu'est le maintien à la rue de jeunes qui, comme Zachée, ont traversé les pires périls, survécu aux pires sévices, et cherchent, pour se reconstruire une terre d'accueil".

Le cercueil du jeune Zachée a été rapatrié ce mardi vers sa terre natale, le Cameroun

"La France se place en donneur de leçon en dénigrant la façon dont l'Italie, l'Espagne ou la Grèce traitent les migrants" mais pour Noëlle Ledeur, la trésorière de SolMiRé "il y a une grande carence, les moyens ne sont pas du tout à la hauteur des besoins".

Nous n'avons pas réussi à joindre le conseil départemental du Doubs sur ce sujet.