Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ardèche : une auto-école itinérante permet de passer son permis en zone rurale, une première en France

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

L'association de réinsertion Tremplin vient de lancer une auto-école solidaire itinérante pour aider les jeunes de l'arrière-pays ardéchois à passer le permis. Car pour ceux qui n'ont pas les moyens de se déplacer, aller prendre des cours de conduite est tout simplement impossible.

Le moniteur de l'auto-école solidaire itinérante de Tremplin, Francis Batin
Le moniteur de l'auto-école solidaire itinérante de Tremplin, Francis Batin © Radio France - Florence Gotschaux

Les problèmes de mobilité en zone rurale sont un véritable enjeu. Or, comment apprendre à conduire quand on ne peut pas se rendre à l'auto-école ? C'est pour les personnes en zones rurales, que l'association d'insertion Tremplin a créé une auto-école solidaire itinérante en Ardèche. Elle était inaugurée ce mardi à Alboussière. Depuis 25 ans, Tremplin accueille des candidats au permis de conduire à Annonay et Tournon-sur-Rhône. Mais depuis fin novembre, un moniteur se déplace aussi dans quatre communes ardéchoises, une par jour, chaque semaine.

"L'élève ne peut pas se rendre à l'auto-école... C'est l'auto-école qui doit se rendre à l'élève."

A Alboussière, Gilhoc-sur-Ormèze, Saint-Victor, ou Colombier-le-Vieux, il n'y a pas de transport en commun. Impossible donc pour les candidats au permis de suivre des cours dans une auto-école en ville. "Comme l'élève ne peut pas se rendre à l'auto-école, c'est l'auto-école qui doit se rendre à l'élève", explique Félix Pelaez, le directeur général du groupe Tremplin. "Ces communes nous prêtent une salle gracieusement, ce qui permet au moniteur de se rendre une fois par semaine auprès des candidats du secteur".

Une première en France

Le concept est unique en France. Il a été lancé en novembre. "Certains départements nous demandent de leur faire part de notre expérience, à l'issue de cette expérimentation. Mais nous espérons bien pérenniser cette auto-école solidaire itinérante", explique Félix Pelaez.

Actuellement, une dizaine d'élèves suivent des cours de code, à deux pas de chez eux. Julie 21 ans, s'était d'abord inscrite dans une auto-école classique, à une demi-heure de route de chez elle, mais c'était trop compliqué. "Mes parents n'étaient pas toujours disponibles. Mon mari n'a pas le permis non plus. Le scooter c'est bien l'été, mais l'hiver, ce n'est pas possible. Donc j'ai dû arrêter. Là, à Gilhoc, c'est à deux minutes à pied. Ça m'aide beaucoup. En plus les cours sont mieux expliqués qu'en auto-école normale". Ici en effet, un moniteur donne des cours, prend le temps d'expliquer chaque thème et ne se contente pas de diffuser des séries de questions sur un écran.

L'auto-école solidaire itinérante du groupe Tremplin inaugurée à Alboussière. - Radio France
L'auto-école solidaire itinérante du groupe Tremplin inaugurée à Alboussière. © Radio France - Florence Gotschaux

"C'est nécessaire car ce sont des personnes en réinsertion", explique le moniteur de l'auto-école itinérante de Tremplin, Francis Batin. Certaines ont des problème d'illettrisme ou de maîtrise du français, d'autres des soucis de comportement. Mais avec ces cours quasi-personnalisés, les candidats s'accrochent. "C'est assez étonnant de voir des jeunes qui, pour certains, sont sortis de toute activité professionnelle depuis longtemps et qui reprennent pied, confie Francis Batin. Pour l'instant je ne fais que le code. Ce sont des journées de 6h30 de cours. Il faut être déterminé et courageux".

Une fois le code en poche, les candidats pourront passer aux cours de conduite. Petite particularité: ils apprendront sur une voiture électrique. Au total, le permis avec l'auto-école solidaire de Tremplin coûte aux candidats 300 euros. C'est quatre à cinq fois moins que dans une école classique

La clé pour trouver du travail

Chaque candidat à hâte d'avoir le précieux sésame en poche. "Dans la vie de tous les jours, c'est nécessaire", affirme Julie. "Avec le permis on peut espérer trouver un travail", ajoute Dylan. Fatima, elle passe son permis pour "conduire mes enfants, faire des démarches administratives, et chercher un emploi".

L'auto-école itinérante de Tremplin espère préparer trente candidats au permis de conduire cette année. Elle n'est pas ouverte au public. Les élèves lui sont adressés par des travailleurs sociaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu