Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une Avignonaise installée en Guyane s'alarme de la situation sur place

mardi 28 mars 2017 à 5:01 Par Aurélie Lagain et Philippe Chauché, France Bleu Vaucluse et France Bleu

C'est la grève générale en Guyane. Témoignage d'une Vauclusienne, professeur de collège, inquiète du niveau scolaire et de l'insécurité dans ce département français.

La ministre des Outre-mer et le premier ministre
La ministre des Outre-mer et le premier ministre © Maxppp - Léon Tanguy

C'est la grève générale en Guyane, à l'appel de 37 syndicats. Les manifestants dénoncent l'insécurité et un manque de développement. Une délégation ministérielle va se rendre en Guyane avant la fin de la semaine pour conclure les discussions sur une sortie de crise, a annoncé lundi le Premier ministre.

"Me dire, là, je suis en France ?" - Adeline, Avignonnaise professeure en Guyane

Adeline Capian, originiaire d'Avignon, vit à Macouria une commune proche de Cayenne où elle est enseignante dans un collège. Depuis jeudi matin, les routes sont barrées, "tout est fermé", explique cette professeure arrivée il y a un an dans ce département français d'Amérique du sud : "Il y a énormément de choses qui m'ont choquée. Me dire, là je suis en France ? Il y a des endroits de Guyane qui paraissent complètement abandonnés."

"Très vite, la solution, c'est de se faire justice soi-même"

Exemple avec l'insécurité, dans les quartiers défavorisés : "Il y a des quartiers où on ne se balade pas seul, pour rien on peut se faire planter, se faire tirer dessus. Très vite, la solution, c'est de se faire justice soi-même."

Il faut un plan d'urgence dans l'éducation, soutiennent les grévistes. La professeure avignonnaise témoigne. Quand elle est arrivée, on lui a vanté les mérites de l'établissement avec 85% de réussite au brevet. La réalité est beaucoup plus compliquée. "Des élèves ont un niveau scolaire catastrophique.Les copies sont renvoyées trois fois par rectorat, et trois fois il faut monter les notes pour qu'au niveau national les notes soient correctes. Qu'on ne pense pas que la Guyane est complètement en échec scolaire."

Il ne faut pas qu'on pense que la Guyane est complètement en échec scolaire.

85 % de réussite au brevet ? "Si on s'en tenait aux réelles notes, seulement 15-20 % des élèves de la Guyane auraient leur brevet. Des élèves ont leur brevet, sans savoir lire ni écrire", témoigne l'enseignante avignonnaise.