Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une banque alimentaire pour la Corse

jeudi 10 janvier 2019 à 18:06 Par Hélène Battini et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Le GIE Corsica Comptoir, spécialisé dans la commercialisation de fruits et légumes, a lancé cette initiative de créer une plate-forme pour centraliser les dons de produits frais, une sorte de banque alimentaire.

La Corse est aujourd'hui la seule région française à ne pas posséder d'antenne de Banque alimentaire.
La Corse est aujourd'hui la seule région française à ne pas posséder d'antenne de Banque alimentaire. © Maxppp - maxppp

Corse, France

La Corse est aujourd'hui la seule région française à ne pas posséder d'antenne de banque alimentaire. La structure fonctionnerait sans argent public et uniquement sur la base du volontariat. Elle permettrait de récupérer les produits invendus, avant de les redistribuer gratuitement aux associations comme les Restos du Cœur ou le Secours catholique. 

Des dizaines de palettes de clémentines corses n'ont pu être acheminées à temps et être données à des associations durant la crise des gilets jaunes. - Maxppp
Des dizaines de palettes de clémentines corses n'ont pu être acheminées à temps et être données à des associations durant la crise des gilets jaunes. © Maxppp - maxppp

Tous les ans, plusieurs centaines de tonnes de fruits et légumes sont jetés. C'était le cas durant les mouvements des Gilets jaunes sur le continent. Des dizaines de palettes de clémentines corses n'ont pu être acheminées à temps et être données à des associations. D'où la démarche de François-Xavier Ceccoli, agrumiculteur et président du GIE Corsica Comptoir. « Il y a des produits qui en matière de présentation esthétique ne correspondent pas aux standards du commerce malheureusement, et plutôt que de les laisser sur les arbres voir les jeter pour certains, ce serait positif de pouvoir les destiner à une population qui en a besoin, les étudiants, les personnes âgées, ceux qui souffrent de précarité en général. »

Il faudra ensuite fédérer les producteurs pour organiser ces collectes. « On va rentrer dans la période de l’orange, demain ce sera le pomelo, on a commencé à avoir des discussions avec des gens qui font de la pêche et de la pomme et de la même façon on a des retours extrêmement positifs. L’idée est simple, avoir des produits frais à destination de ces populations fragiles presque toute l’année. On va s’inspirer de cette philosophie de la banque alimentaire mais on va créer notre propre outil sur les produits agricoles. L’idée serait de créer sur le site de Moriani près du GIE un site tampon où on pourrait stocker gratuitement et en frigo et en produits secs et bien évidemment de les mettre à disposition des associations et de les alimenter avec un site dédié… »

La structure permettrait de récupérer les produits invendus, avant de les redistribuer gratuitement aux associations. - Maxppp
La structure permettrait de récupérer les produits invendus, avant de les redistribuer gratuitement aux associations. © Maxppp - maxppp

Les pouvoirs publics sont optimistes. Josiane Chevalier, la préfète de Corse, a déjà pu échanger avec les porteurs du projet. « Il y a déjà pas mal de choses qui se font sans être structurées, des aides apportées aux restos du cœur par exemple mais là il s’agit vraiment de l’organiser plus complètement. »

La structure, 100 % bénévole, pourrait voir le jour dès cette année.