Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une boîte aux lettres "Papillon" pour libérer la parole des enfants à Marseille

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Pour libérer la parole des enfants l'association Les Papillons vient d'installer une boîte aux lettres au sein de la maison inclusive de l’association AJCM à Marseille dans le 9e arrondissement. Le but est de recueillir les écrits des enfants victimes de violence, de harcèlement ou maltraitance.

Le but de cette boîte aux lettres est de permettre aux enfants de s'exprimer librement par écrit pour lutter contre les violences.
Le but de cette boîte aux lettres est de permettre aux enfants de s'exprimer librement par écrit pour lutter contre les violences. © Maxppp - Anne-Sophie Bost

Briser le mur du silence, libérer la parole c'est le but de la boîte aux lettres de l'association "Les Papillons"(qui lutte contre les violences faîtes aux enfants) installée au sein de la maison inclusive de l’association AJCM à Marseille dans le 9e arrondissement. C'est la première à Marseille. C'est l'association qui a fait le choix de l'installer dans ses locaux, elle se trouve dans les toilettes pour préserver la discrétion. Une démarche qui répond à un besoin, explique Laurent-Stéphane Grassi, président du conseil d’administration de l’association. 

"Pour nous, il s'agissait de coller à un sujet qui est essentiel. On a eu il y a quelques mois une vague dans le sport avec tout ce système de violence. Et on a essayé de se donner le maximum d'outils pour pouvoir détecter les violences physiques ou morales." Laurent-Stéphane Grassi

La boite aux lettres est donc désormais installée pour permettre aux enfants de glisser des mots, des écrits via lesquels ils peuvent exprimer ce qu'ils ressentent. La plupart du temps, les auteurs des violences physiques ou morales envers les enfants leur demandent de garder le silence. Et les enfants ont dû mal à briser ce qui devient un tabou. 

"Les enfants sont des personnes très très simples, ils ne voient pas toujours le mal dans diverses choses comme les attouchements. Les agressions. Petit à petit, l'accumulation fait qu'ils se renferment et ils ont dû mal à dénoncer un parent ou un proche."

C'est l'association Les Papillons qui vient ensuite récupérer les lettres laissées dans la boite et assure le suivi notamment si les enfants dénoncent des faits qui sont préjudiciables. D'après Les Papillons, tous les ans, au moins 165.000 enfants sont victimes de violences sexuelles, un enfant toutes les trois minutes et au moins, deux enfants par classe sont victimes de harcèlement scolaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess