Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Bordeaux : une borne numérique à la gare pour aider les sans-abris

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Elle sera inaugurée ce mardi, mais elle existe depuis début mai. Une borne numérique a été installée gare Saint-Jean à Bordeaux. Destinée à aider les personnes sans domicile fixe, elle recense tous les lieux pouvant leur venir en aide.

Pour éviter les dégradations, la borne est notamment protégée par un vernis anti-graffiti
Pour éviter les dégradations, la borne est notamment protégée par un vernis anti-graffiti © Radio France - Louis Tellier

Bordeaux Saint-Jean, Rue Charles Domercq, Bordeaux, France

A l'origine du projet, on trouve Victoria Mandefield, étudiante/entrepreneuse de 23 ans. "L'idée m'est venue alors que j'effectuais une maraude en 2016. J'ai alors constaté le problème de l'information pour les personnes sans-abri. Plusieurs fois, elles me demandaient où manger, où se loger, où se laver" explique Victoria Mandefield qui lance alors Soliguide.fr, un site internet qui cartographie tous les lieux utiles aux personnes vivant à la rue, essentiellement à Bordeaux, Nantes, Paris et Strasbourg. "J'ai toujours eu l'idée de créer une borne pour que les personnes en difficulté puissent trouver rapidement les lieux pouvant leur venir en aide, mais ça coûtait trop cher."

Le problème est résolu quand son initiative est retenue par la SNCF, qui avait lancé un appel à projet avec à la clé 10 000 € : "En partenariat avec la fondation Bordeaux Université, nous avons lancé en 2016 un appel à projet intitulé XP Saint-Jean. Nous voulions aider les personnes en difficulté pour lesquelles la gare est un lieu de passage", explique Stéphane Lambert, directeur SNCF gares et connexions en Nouvelle-Aquitaine.

Cette borne permet aux associations de mieux travailler - Élodie Bazin de l'association Karavan

Équipée d'un écran tactile, il suffit de renseigner sa recherche en fonction de sa situation (femme, homme, couple, personne vivant avec un animal, etc.) puis de sélectionner ce qui est recherché (structure pour la réinsertion, endroit où se laver, où manger, où se soigner gratuitement). Une carte Google Maps indique ensuite les lieux à Bordeaux correspondant à la recherche. 

"La borne permet de désengorger les associations qui sont actuellement saturées de monde. Et ça évite pour les personne une perte de temps importante. Parfois, on nous demande un rendez-vous simplement pour être renseigner sur des lieux d'accueil. Là, ils ont l'info directement", détaille Élodie Bazin de l'association Karavan qui effectue entre autre des maraudes dans les rues de Bordeaux pour donner à manger aux personnes dans le besoin.

L'un des préjugés tenaces est de dire qu'une personne à la rue n'a pas le droit d'avoir un smartphone, qu'elle doit investir cette argent autrement. Sauf qu'aujourd'hui, être connecté à internet n'est plus un luxe mais un besoin - Victoria Mandefield, créatrice de la borne.

"En trois semaines de mise en service, la borne a enregistré 70 connexions. Et à chaque fois, les utilisateurs passaient environ 5 minutes dessus. Ce qui prouve qu'ils n'étaient pas simplement de passage mais qu'ils effectuaient des recherches", se réjouit Victoria Mandefield qui juge ces résultats encourageants.

L'étudiante/entrepreneuse espère via son association Solinum, qui gère la borne ainsi que le site Soliguide.fr, continuer à favoriser l'accès au numérique pour les personnes à la rue et continuer à lutter contre les préjugés. "Pour ça, il faut avoir des chiffres pour pouvoir faire du lobbying et récolter de l'argent. On a encore trop peu de chiffres concernant la situation des personnes à la rue. Pour ce faire, on mène en ce moment une étude nationale sur le numérique et la précarité" explique Victoria Mandefield qui espère installer à l'avenir de nombreuses bornes de ce type partout en France et "pourquoi pas" à l'étranger.

Choix de la station

France Bleu