Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une brigade nocturne de la police municipale tourne depuis une semaine à Aix-les-Bains

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Depuis début mai, trois policiers municipaux d'Aix-les-Bains forment une brigade de sécurité nocturne, qui patrouille jusqu'à 3 heures du matin, sans parcours prédéfini. Trois autres vont grossir l'effectif, dont un maître-chien. Cette brigade était une promesse de campagne du maire.

La brigade de sûreté nocturne d'Aix-les-Bains patrouille de 17 heures 15 à 3 heures du matin, du mardi au samedi inclus
La brigade de sûreté nocturne d'Aix-les-Bains patrouille de 17 heures 15 à 3 heures du matin, du mardi au samedi inclus © Radio France - Damien Triomphe

Aux alentours du boulevard Franklin Roosevelt à Aix-les-Bains, les habitants croisés sont pour la majorité sceptiques. Des policiers municipaux qui patrouillent la nuit ? C'était une promesse de campagne du maire Renaud Beretti, lors des élections municipales l'an passé. La brigade de sécurité nocturne d'Aix-les-Bains est créée, et a effectué sa première patrouille le 4 mai dernier.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"On est à Aix les Bains, on est plutôt dans une ville assez calme, on n'est pas à Paris. Je pense que c'est un peu exagéré" lance une riveraine, accompagnée de ses deux enfants en bas âge. Pour ce retraité, croisé deux rues plus loin, "ça peut être une bonne chose. S'il n'y a pas de police qui circule la nuit, certaines personnes peuvent se croire tout permis". Même en période de couvre-feu. Cette autre Aixoise reconnaît les incivilités fréquentes, les motos lancées à fond sur les trottoirs ou encore le trafic de drogue en bas de certains immeubles. Mais pour elle, _"_on ne résout pas le problème : on peut mettre des cowboys face à des cowboys, on va être dans un jeu de cowboys"

On va être dans un jeu de cowboys - une Aixoise

"Le terme 'cowboy', je ne le relèverai même pas" pose d'emblée le brigadier chef principal. Il insiste sur la fausse image que peut se faire la population de la police municipale, armée depuis 2016 à Aix-les-Bains. 

Une nouvelle brigade dans une police municipale renforcée

Les agents disposent de bâtons télescopiques de défense - les tonfas - , des pistolets à impulsion électrique - les tasers - , de pistolets semi-automatiques, de LBD (lanceur de balles de défense) et de gazeuses. Des recrutements ont eu lieu il y a quelques mois au sein de la police municipale aixoise, et des formations dédiées ont été organisées, notamment des formations aux "gestes techniques d'intervention", dans le jargon policier. Précision : la police municipale ne peut pas procéder à une interpellation. Pour le brigadier chef principal, il ne faut pas parler de politique tout-répressif : "qui dit répressif dit infraction. Et s'il n'y a pas de répressif, il y a du préventif et du relationnel".

Qui dit répressif, dit infraction - le brigadier chef principal

La police municipale d'Aix-les-Bains compte 13 agents - en à peine deux ans, l'effectif a déjà doublé - , et d'ici un an demi, l'objectif est de recruter progressivement sept agents supplémentaires. A la fin de l'été, six policiers seront formés au total pour constituer cette brigade de sûreté nocturne. Il y aura parmi eux un maître-chien. "Au fur et à mesure, on aura deux équipages disponibles. Plus la police nationale, ça tournera vite à trois ou quatre équipages" assure le gardien brigadier.

"C'était une promesse politique du maire"

Le retour d'une police de proximité ?

Pour le brigadier chef principal, c'est le rôle de la police municipal de développer une proximité. Elle doit être selon lui connue des habitants, "on n'est pas la brigade anti-criminalité. L'objectif, c'est d'être vu". Et d'ajouter : "les gens seraient étonnés de la prévention". Depuis le lancement de la brigade de sûreté nocturne, l'équipage distribue même des cartes de visite. "Ce qui veut dire connaître plus les commerçants, les urgences et tout le personnel susceptible de travailler la nuit" complète-t-il.

"On est vraiment une police de proximité'

Les parcours ne sont pas préétablis. Avant de partir sur le terrain, à 17 heures, les policiers municipaux de la brigade entrent en contact avec leurs homologues nationaux. Ils décident ensuite de leur ronde, en mode contrôle routier ou en mode patrouille. Ils interviennent d'ailleurs à la demande des riverains, pour contrôler des communs d'immeuble par exemple.

Pas de jeu de dupe pour autant, bien sûr que la création de cette brigade entre dans une stratégie politique sécuritaire. Le brigadier chef principal en a conscience. "Je pense que c'est très politisé. C'est devenu une force pour le maire de pouvoir se doter lui-même de sa sécurité. Il est le gardien de la sécurité de ses administrés. Alors forcément, politiquement, ça va ressortir. C'était une promesse de campagne". Au conseil municipal, les opposants au maire ont d'ailleurs soutenu l'idée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess