Société

Une campagne pour lutter contre le sexisme

Par Mélodie Viallet, France Bleu Pays de Savoie jeudi 8 septembre 2016 à 17:56

"Sexisme pas notre genre!": c'est le nom de la campagne lancée par la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol.
"Sexisme pas notre genre!": c'est le nom de la campagne lancée par la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol. © Maxppp - Maxppp

"Sexisme pas notre genre!": c’est le nom d’une campagne de sensibilisation lancée ce jeudi par la ministre des Droits des femmes. Laurence Rossignol espèrent susciter une prise de conscience et faire changer les comportements à l'égard des femmes.

« Me faire siffler ou interpeler de façon vulgaire par des hommes c’est mon quotidien » nous explique Marine une jeune chambérienne. Et elle n’est pas la seule selon un sondage du CSA révélé ce mercredi par la ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol, 40% des femmes rapportent un jour avoir été victimes soit d'une humiliation, soit d'une injustice liée à leur sexe.

« J’évite les jupes courtes pour ne pas faire embêter » Lætitia

Une femme sur deux déclare également avoir changé sa façon de s'habiller et près de 40% ont renoncé à fréquenter certains lieux en raison des commentaires et harcèlements qu'elles y affrontaient. Lætitia cette jeune maman explique faire attention : « j’évite les jupes courtes pour ne pas me faire embêter,  j’évite aussi de passer à côté de groupes d’hommes quand je suis seule ». Et ce constat est aussi partagé par certains hommes, Yannick à 19 ans, il se promène en kilt dans les rues de Chambéry et milite au quotidien pour une vraie égalité des sexes : « moi je me promène tranquillement les jambes nues avec ma jupe et je ne suis pas rasé, mais si une femme fait la même, elle se fera critiquer » et il ajoute « quand une femme adopte un look masculin elle se fait insulter et quand elle est trop sexy c’est la même chose ."

Ecoutez le reportage dans les rues de Chambéry : "j'évite les mini-jupes dans la rue" marine une jeune savoyarde

Une campagne qui va durer six mois

Cette campagne va durer six mois, elle va s'appuyer sur plusieurs associations et sur le soutien d'une soixantaine de marraines et parrains, dont l'actrice et productrice Julie Gayet et la boxeuse médaillée aux JO Sarah Ourahmoune. Une plateforme numérique a été mise en place. Les associations peuvent y déposer leurs initiatives pour lutter contre le sexisme et ainsi être "labellisées". L'interface recueille également des informations sur les recours possibles face à certains actes sexistes et des témoignages.