Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Plus d'une centaine de manifestants pour soutenir les forces de l'ordre, place Masséna à Nice

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Un rassemblement en soutien aux forces de l'ordre était organisé ce samedi à place Masséna à Nice. Une manifestation organisée par Rosemonde, une retraitée niçoise. Pus d'une centaine de manifestants, dont des policiers, ont répondu à son appel.

Un rassemblement en soutien aux forces de l'ordre était organisé ce samedi, place Masséna à Nice
Un rassemblement en soutien aux forces de l'ordre était organisé ce samedi, place Masséna à Nice © Radio France - Sonia Ghobri

A 70 ans, Rosemonde n'a jamais organisé de manifestation. Elle n'est ni policière, ni gendarme, aucun de ses proches n'exerce ce métier, mais cette Niçoise a tenu à organiser un rassemblement en soutien aux forces de l'ordre ce samedi, place Masséna à Nice. "Je suis scandalisée de ce désordre en France. Alors on râle un peu sur les réseaux sociaux mais on ne bouge pas finalement. Lorsque j'ai entendu parler d'une manifestation à Paris, organisée par Zohra Bitan, je me suis dit pourquoi pas à Nice". Zohra Bitan, membre de l'association Femmes des Forces de l'Ordre en Colère (FFOC) organisait également un rassemblement ce samedi après-midi à Paris. 

Plus d'une centaine de manifestants a répondu à l'appel de Rosemonde qui par ailleurs, invite "toute la majorité silencieuse à exprimer son soutien" aux policiers municipaux, nationaux et gendarmes : "Je veux qu'ils sachent qu'on les soutient, que nous sommes à leurs côtés, que ce procès qu'ils subissent s'arrêtera". 

Les gens souvent en face sont violents et on ne veut pas que la police réponde avec une violence légitime. On fait quoi alors ? 

Il y a trois semaines, le 6 juin, une marche a été organisée à Nice pour dénoncer le racisme, les discriminations et les violences policières. 2.500 manifestant ont défilé entre la Promenade des Anglais et la Place Masséna. Mais pour l'organisatrice du rassemblement, les policiers exercent une "violence légitime". "On nous casse nos statues, les manifestations dégénèrent, des repris de justice prennent la fuite parce qu'ils ne supporte pas que la police l'arrête et en plus on ne veut pas que la police intervienne ? Les gens souvent en face sont violents et on ne veut pas que la police réponde avec une violence légitime. On fait quoi alors ?" Et Rosemonde poursuit : "J'ai déjà été contrôlée, pourtant je suis blanche, on m'a arrêtée, on m'a demandé mes papiers, j'ai présenté mes papiers, je suis restée calme et polie et donc tout va bien".

Dans un contexte particulier où les forces de l'ordre sont stigmatisées, prises à partie, où la parole du policier est constamment mise en cause, un mouvement comme aujourd'hui ça fait plaisir, ça fait chaud au cœur.

Les policiers ont été applaudis par les manifestants. "Je remercie la direction de leur avoir permis de faire un bref passage", se réjouit Karine Jouglas. La secrétaire départementale du syndicat Alliance police nationale Alpes-Maritime a relayé cet appel à manifester ce samedi.

Karine Jouglas se dit très touchée : "J'ai trouvé l'initiative belle. Une citoyenne lambda dont la seule volonté est d'apporter son soutien aux forces de l'ordre. L'actualité a été très riche ces dernières semaines et c'est vrai que dans un contexte particulier où les forces de l'ordre sont stigmatisées, prises à partie, où la parole du policier est constamment mise en cause, un mouvement comme aujourd'hui ça fait plaisir, ça fait chaud au cœur". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu