Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une centaine de personnes dans les rues de Beauregard-l'Évêque contre une nouvelle antenne téléphonique

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Une centaine de personnes se sont réunies hier à Beauregard-l'Évêque (Puy-de-Dôme) pour protester contre la construction d'une antenne téléphonique. Selon eux, cette installation nuit au paysage, dévalue les maisons voisines et présente un risque pour la santé.

Le cortège s'est arrête devant l'emplacement de l'antenne téléphonique où les pancartes ont été accrochées.
Le cortège s'est arrête devant l'emplacement de l'antenne téléphonique où les pancartes ont été accrochées. © Radio France - Bastien Thomas

Beauregard-l'Évêque, France

"Halte au sabotage !", "Santé en danger !" ou encore "Notre santé n'a pas de prix !" Voici quelques uns des slogans scandés ou inscrits sur les pancartes des opposants à l'antenne de téléphonie souhaitée par le maire de la commune Alain Néri.

"Nous, on appelle cet endroit le "point sublime" parce qu'on a une vue exceptionnelle sur la chaîne des Puys. Et en se promenant, on a découvert un permis de construire pour une antenne téléphonique, sans que les habitants n'aient été consultés. On est d'une certaine manière pris en otage et je trouve ça inacceptable." - Vincent, 43 ans et Beauregardois depuis plus de 35 ans.

Les fondations de l'antenne ont été posées dans un champ où il y a une vue presque parfaite sur la chaîne des Puys. "C'est la vue la plus magnifique de la région" avoue Caroline, 32 ans, dont la maison est à 200 mètres. "C'est aussi pour ça que l'on a construit notre maison ici il y a trois ans avec mon mari" continue-t-elle. Cette jeune mère de famille craint désormais, comme d'autres habitants, que la valeur de son bien diminue à cause de la présence de cette antenne.

Le cortège d'opposants, petits et grands, a traversé les rues de la commune jusqu'au site de construction. - Radio France
Le cortège d'opposants, petits et grands, a traversé les rues de la commune jusqu'au site de construction. © Radio France - Bastien Thomas

L'une des raisons principales de l'opposition des habitants, c'est leur non consultation par l'équipe municipale. "On l'a appris en se baladant grâce à un panneau de permis de construire" regrette Vincent, 43 ans.

Dangereux pour la santé ? 

Mais c'est bien l'impact sur la santé qui est dans toutes les bouches. "Notamment pour nos enfants" raconte Caroline, en colère. Guy Cautenet, président de l'association Ondes Citoyennes (lutte contre l'installation massive d'antennes téléphoniques) et ancien professeur de physique à l'université de Clermont-Ferrand était dans le cortège. "Quand un être humain est confronté à des ondes magnétiques trop fortes, il y a forcément danger" explique-t-il avant de poursuivre : "Ça commence par des brins d'ADN qui se cassent et après vous avez des risques de développer des cancers sur l'ensemble des parties du corps".

Un manifestant justifie son opposition par la pollution visuelle que pourrait engendrer la nouvelle antenne. - Radio France
Un manifestant justifie son opposition par la pollution visuelle que pourrait engendrer la nouvelle antenne. © Radio France - Bastien Thomas

Pour autant, les manifestants disent et scandent : "Nous ne sommes pas contre les téléphones portables, seulement contre les antennes de 28 mètres de haut et moins puissantes !" Le groupe prône des modèles d'antennes plus petites et produisant moins d'ondes magnétiques, et donc moins nocives pour la santé, selon la logique de Guy Cautenet.

Du côté de la mairie de Beauregard-l'Évêque, le maire Alain Néri se défend et explique que "le projet existe depuis deux ans déjà et répond à une égalité de traitement entre tous les citoyens qui ont le droit d'accéder à un service de communication de qualité". Il ajouté également que "l'ensemble des normes françaises ont été respectées par l'opérateur téléphonique et les services de l'Etat pour ne pas mettre la sécurité et la santé des habitants en danger".

Le groupe de manifestants a rendez-vous le 28 octobre prochain avec la sous-préfète du Puy-de-Dôme, Patricia Valma, pour évoquer la problématique de cette antenne à Beauregard-l'Évêque.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu