Société

Une centaine de personnes pour refuser la vente du stade de Bollène Ecluse

Par Aurélie Lagain et Boris Loumagne, France Bleu Vaucluse lundi 7 novembre 2016 à 4:40

Capture d'écran "Le bon coin".
Capture d'écran "Le bon coin".

Une centaine de personnes a manifesté dimanche à Bollène contre la vente du stade de football situé près de l'école des Tamaris.

Une centaine de personnes s'est rassemblée dimanche pour refuser la vente du stade de football de Bollène Ecluse. La mairie veut vendre le terrain de football, qui lui avait été cédé par la CNR, la compagnie nationale du Rhône.

"Terrain à aménager, plat, pour un projet de logements".

La ville l'a divisé en deux, valeur 600.000 euros, et des projets : la construction d'une salle des fêtes et de nouveaux commerces. L'annonce est à voir sur le site internet de petites annonces Le bon coin, sous le pseudo Lise Bollène, avec cette description : "Terrain à aménager, plat, pour un projet de logements. Il est idéalement situé à proximité d'une école et d'une zone commerciale. Son accès se fera par la rue André Breton."

La mairie explique avoir versé une subvention exceptionnelle de 6.000 € au club de football sur place, fait refaire les douches et les vestiaires, alors que tout a été dégradé ensuite.

"Je trouve inadmissible qu’un bien qu’on a donné soit remis sur le marché à 600.000 euros pour faire une salle des fêtes ! Il n’y a pas de dialogue, Mme Le maire ne veut pas nous écouter. Si on doit aller devant le tribunal administratif pour faire invalider cette vente, on ira jusqu’au bout." Marie-José Gonzalès, de l'association des parents d'élèves de l'école des Tamaris.

Marie-José Gonzalès

Une pétition circule contre la vente du terrain, signé notamment par toutes les enseignantes de l'école des Tamaris juste à côté. Car si la mairie estime que le terrain n'est pas assez utilisé, les professeurs des écoles contestent.

"On vient sur le stade, on l’utilise. Je suis venue l’année dernière quasiment toutes les semaines. On fait de la course longue, du lancer, tout ce qui est dans les programmes, qu’on ne peut pourrait pas faire dans une cour, qui ne serait pas sécurisée pour les élèves." Clémentine Chapa, enseignante en CM1-CM2

Dans le rassemblement de dimanche, des parents d'élèves, et justement ces enfants de l'école voisine qui se désolent : "On va rester chez nous, ou on jouera dans les rues !"

Enfants, parents, enseignants protestent contre la vente du stade

L'annonce diffusée sur "Le bon coin"

Capture d'écran du site "Le bon coin". - Aucun(e)
Capture d'écran du site "Le bon coin".