Société

Une centaine de personnes pour soutenir les policiers à Metz

Par Ulysse Khalife, France Bleu Lorraine Nord mercredi 26 octobre 2016 à 18:59

Policiers et citoyens ont marché main dans la main ce mercredi midi à Metz.
Policiers et citoyens ont marché main dans la main ce mercredi midi à Metz. © Radio France - Ulysse Khalife

Alors que les policiers manifestent leur colère depuis plus d'une semaine partout en France, un rassemblement a réuni environ 100 personnes devant le commissariat de Metz ce mercredi midi. Des policiers mosellans, mais aussi des habitants venus montrer leur sympathie à l'égard des forces de l'ordre.

Ils n'ont pas embrassé un flic, comme Renaud, mais ils ont quand même tenu à montrer leur soutien aux policiers. Une cinquantaine de citoyens lambda ont défilé aux côtés d'une cinquantaine de policiers sous une même bannière mercredi à Metz. Le cortège est parti du commissariat de la rue Belle-Isle vers midi et demi, en passant notamment par la préfecture de Moselle (sans y entrer), jusqu'à la place de la République.

Aymeric, 12 ans, est venu avec son grand-père Jean-Marie, un ancien policier de Fameck. - Radio France
Aymeric, 12 ans, est venu avec son grand-père Jean-Marie, un ancien policier de Fameck. © Radio France - Ulysse Khalife

Parmi les manifestants, des anciens policiers, comme Jean-Marie, 60 ans, retraité de la police depuis 9 ans. Venir soutenir ses ex-collègues était pour lui une évidence : "Moi-même quand je suis parti à la retraite, il y avait déjà un ras-le-bol total, je me sentais inutile par moments sur la voie publique. Quand on nous met des heures à surveiller une simple porte, je pense que c'est plutôt l'affaire d'une société de gardiennage". Son petit-fils de 12 ans, Aymeric, dit lui aussi comprendre les policiers : "mon grand-père a déjà été blessé dans certaines interventions [...] il y a des gens qui se rebellent parfois, mais il faut faire respecter la loi, et parfois on risque sa vie".

Venus également soutenir les policiers en colère, des citoyens sans affinité particulière avec les forces de l'ordre, comme Paulette, une habitante de Metz : "Ils viennent bien nous défendre quand on en a besoin, alors aujourd'hui on leur rend. Et puis les gens qui les ciblent, s'ils ont un accident, ils sont bien contents que la police ou les pompiers viennent les secourir... et à côté de ça, ils les caillassent !"

Les manifestants ont défilé pendant une bonne heure dans le centre-ville de Metz. - Radio France
Les manifestants ont défilé pendant une bonne heure dans le centre-ville de Metz. © Radio France - Ulysse Khalife

Les policiers en sont déjà à dix jours de manifestation un peu partout en France, ce qui va à l'encontre de leur devoir de réserve. Un devoir qui s’applique "pendant et hors du temps de service", selon le ministère de la Fonction publique. La réserve "impose au fonctionnaire d’éviter en toutes circonstances les comportements portant atteinte à la considération du service public par les usagers". Christian, instituteur à la retraite, admire donc les policiers qui osent exprimer leur colère : "Je trouve qu'ils sont courageux, et je trouve absolument malvenu de parler d'éventuelles sanctions à l'encontre des policiers suite à des actes aussi graves que ce qui s'est passé à Viry-Châtillon".

Partager sur :