Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une centaine de personnes rassemblées à Montpellier pour la PMA et contre la Manif pour tous

-
Par , France Bleu Hérault

Alors que les anti-PMA défilaient à Paris, une centaine de personnes se sont rassemblées à Montpellier pour une contre-manifestation en soutien à l'extension de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de lesbiennes.

Après le rassemblement, un petit groupe a défilé dans les rues de Montpellier pour défendre l'extension de la PMA
Après le rassemblement, un petit groupe a défilé dans les rues de Montpellier pour défendre l'extension de la PMA © Radio France - Elena Louazon

Montpellier, France

"Manif Pour Tous... les homophobes", "Soyez écolos, pas hétéros". À Montpellier, les défenseurs de l'extension de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes ont choisi de répondre avec humour aux opposants. Une centaine de personnes se sont rassemblées dimanche après-midi devant la préfecture de Montpellier pour contrer le défilé parisien organisé en même temps par La Manif pour Tous, opposée à l'extension de la PMA. 

Un rassemblement décidé tardivement dans la soirée de samedi, auquel l'Association Fierté Montpellier Pride notamment, appelait à participer. Après une prise de parole, un cortège s'est élancé pour une manifestation improvisée de la préfecture à la Comédie, puis aux halles Layssac, avant de remonter vers le Peyrou. 

Ne pas revivre 2013

Dans le cortège, très jeune, on dénonce les discours tenus à l'occasion des débats. "On ne peut pas laisser le terrain à un petit groupe qui empêche d'autres personnes d'avoir un droit qui ne leur retire rien à eux", s'agace Mathilde, 23 ans, venue en soutien. "Ils parlent de liberté d'expression, mais c'est une liberté d'agression, complète Elliot. À chaque fois qu'ils se rassemblent, on observe une hausse des agressions homophobes et transphobes. C'est douloureux de les voir revenir."

Plusieurs demandent également l'extension de la PMA aux personnes transgenres, disposition rejetée par les députés.

Pour Daphné, 32 ans, il s'agissait aussi de ne pas revivre sans réagir les mobilisations géantes de 2013, où plusieurs centaines de milliers de personnes avaient manifesté, contre ses droits. "J'ai découvert l'homophobie généralisée à ce moment-là, explique celle qui avait alors 25 ans. Ça a été le moment où tout le monde s'est senti le droit de parler de la vie de gens qu'ils connaissaient à peine, ça a vraiment libéré une parole intolérante à grande échelle."

"C'est inacceptable de se réveiller un matin et de voir dans la rue des tas de gens avoir un avis sur sa vie."

. - Radio France
. © Radio France - Elena Louazon
. - Radio France
. © Radio France - Elena Louazon
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu