Société

Une cinquantaine de buralistes alsaciens parmi les manifestants contre le paquet à 10 euros à Paris

Par Aurélie Locquet, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass mercredi 4 octobre 2017 à 7:58

Le gouvernement a annoncé le passage à 10 euros du paquet de cigarettes d'ici 2020.
Le gouvernement a annoncé le passage à 10 euros du paquet de cigarettes d'ici 2020. © Maxppp -

Ils viennent de toute la France: les buralistes manifestent à Paris ce mercredi devant le ministère de la Santé. Parmi eux, une cinquantaine de commerçants venus du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Ils dénoncent la hausse du prix du tabac.

Les buralistes vont manifester leur ras-le-bol ce mercredi à Paris. Ils se retrouveront devant le ministère de la santé pour dénoncer le passage du paquet de cigarettes à 10 euros d'ici 2020. Des Alsaciens seront parmi les manifestants. Une vingtaine de buralistes sont partis du Haut-Rhin, et 35 environ du Bas-Rhin.

Les buralistes demandent des mesures d'accompagnement

Pour les manifestants, la confirmation du passage du paquet de cigarettes à 10 euros est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Ils réclament des mesures pour lutter contre le développement du marché parallèle. "Il faut des mesures d'accompagnement pour ces changements, et une concertation avec les buralistes", martèle Patrick Soihier président de la chambre syndicale des buralistes du Bas-Rhin. "Le tabac est un enjeu de santé publique, mais il faut avant tout s'attaquer à la manière dont s'approvisionnent les gens." Selon les buralistes, un paquet de cigarettes sur trois est acheté en France sur le marché parallèle.

La fermeture d'un bureau de tabac sur cinq annoncée en France

En juillet, plusieurs radars avaient déjà été bâchés un peu partout en France pour protester contre la hausse du prix du tabac, dont 19 dans le Bas-Rhin. Depuis 2002, 162 débits de tabac ont fermé dans le Bas-Rhin. Il en reste 300 dans le département. Avec la hausse du prix du tabac, les buralistes annoncent la fermeture d'un bureau de tabac sur cinq en France, encore plus dans les zones frontalières.