Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une cinquantaine de fonctionnaires manifestent devant la préfecture de Mont-de-Marsan

mercredi 27 mars 2019 à 16:24 Par François-Pierre Noël, France Bleu Gascogne

Les fonctionnaires s'opposent toujours au projet de loi sur la fonction publique présenté ce mercredi au conseil des ministres à Paris. Ils étaient une cinquantaine de manifestants à Mont-de-Marsan devant la préfecture.

Ils étaient une cinquantaine de fonctionnaires devant la préfecture de Mont-de-Marsan ce mercredi.
Ils étaient une cinquantaine de fonctionnaires devant la préfecture de Mont-de-Marsan ce mercredi. © Radio France - François-Pierre Noel

Mont-de-Marsan, France

Une cinquantaine de fonctionnaires ont manifesté devant la préfecture de Mont-de-Marsan, ce mercredi. Ils ont répondu à l'appel de neuf syndicats ( CFDT, CGT, FSU, ... ). Ils s'opposent toujours contre le projet de loi sur la fonction publique voulu par le gouvernement. La loi a été présentée ce mercredi au conseil des ministres à Paris. 

Le secrétaire d'état chargé de la fonction publique, Olivier Dussopt souhaite faire adopter le texte avant l'été 2019 pour le mettre en application dès le 1 er janvier 2020. Concrètement, cette loi vise à supprimer 120 000 postes de fonctionnaires d'ici 2022. Une idée, évidemment rejeté par les syndicats de la fonction publique. 

"Je suis sceptique"  explique Anne, animatrice pour les enfants à Sarbazan

Cette loi autorise, notamment, un recours accrus aux contractuels, des agents employés en contrats courts. Anne, animatrice pour enfants à Sarbazan craint que l'on "déshumanise" le service public : " Je suis sceptique. Imaginez chez nous, auprès des enfants, quelqu'un qui arrive et qui reste un mois. Il ne connaît pas le public, il y a un temps d'adaptation et le temps que tout ça se fasse, il sera déjà parti. Concrètement sur le terrain ce sera quelqu'un qui ne sera pas efficace"

Après cette manifestation, les syndicats ont déjà appelé à une nouvelle mobilisation dans les prochaines semaines.