Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Une cinquantaine de manifestants à Avignon pour dénoncer les violences conjugales

samedi 6 octobre 2018 à 21:00 Par Adrien Serrière, France Bleu Vaucluse

Pendant qu'un millier de personnes se rassemblaient à Paris à l'appel de la comédienne Muriel Robin, ils étaient une cinquantaine à Avignon, devant le Tribunal de grande instance, pour se joindre au mouvement contre les violences faites aux femmes.

Les manifestants se sont rassemblés devant le tribunal de grande instance d'Avignon.
Les manifestants se sont rassemblés devant le tribunal de grande instance d'Avignon. © Radio France - Adrien Serrière

Avignon, France

«Sauvons celles qui sont encore en vie !» C'est le mot d'ordre qui a amené plusieurs milliers de personnes à travers la France à manifester samedi. A Avignon, ils étaient une cinquantaine, principalement des femmes, devant le Tribunal de grande instance. Leur constat : 123 femmes meurent chaque année de violences conjugales

Choisir les bons mots

C'est en moyenne, un «assassinat» tous les trois jours, rappelle Paule-Martine, une manifestante qui ne supporte plus d'entendre que «les femmes tombent sous les coups de leur compagnon. C'est inadmissible parce qu'elles ne 'tombent' pas toutes seules du ciel. Ça déresponsabilise les hommes». 

Un plan d'urgence demandé 

La comédienne Muriel Robin a lancé une pétition pour demander des mesures d'urgence au gouvernement. Un plan de 25 millions d'euros pour soutenir les associations, former les policiers et les juges à mieux traiter les plaintes et débloquer des places d'hébergements pour les femmes. 

«Si déjà on arrivait à faire appliquer tout ce qui existe au niveau de la loi, ce serait déjà bien», estime de son côté Isabelle Lemaire, coordinatrice de l'association Rhezo qui accueille des femmes victimes de violence en Vaucluse.