Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Une cinquantaine de manifestants crient leur colère contre "le gouvernement sexiste" place d'Aine à Limoges

-
Par , France Bleu Limousin

Trois associations féministes à Limoges se sont rassemblées place d'Aine ce vendredi, en fin d'après-midi. En cause, les nominations de Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur, visé par une accusation de viol, et d'Eric Dupond-Moretti, critique envers le mouvement #MeToo, à la Justice.

À l'appel de trois associations féministes, des manifestants ont protesté Place d'Aine contre le remaniement au gouvernement jugé "sexiste".
À l'appel de trois associations féministes, des manifestants ont protesté Place d'Aine contre le remaniement au gouvernement jugé "sexiste". © Radio France - Rébecca-Alexie Langard

Une cinquantaine de personnes, essentiellement des étudiants, se sont rassemblés Place d'Aine à Limoges à l'initiative de trois associations Meufs & Vénères, Les Affolées de la Frange et Aqueerel, une association de défense des droits des personnes homosexuelles. 

Les nominations de Gérald Darmanin au ministère de l'Intérieur, visé par une accusation de viol, et d'Eric Dupond-Moretti, critique envers le mouvement #MeToo, à la Justice, provoquent un mouvement de révolte : "les violences faites aux femmes devaient être une priorité du quinquennat. Après le Grenelle des violences faites aux femmes qui a été très décevant, c'est un deuxième coup de poignard à toutes ces femmes décédées sous les coups de leur conjoint, sans parler des suicides face à de telles circonstances. Pour nous, ces nominations, c'est dire open-bar à tous ces agresseurs", estime Angèle de l'association Les Affolées de la Frange et animatrice autodéfense féministe. 

Les manifestants demandent la démission des deux ministres en question. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess